Archive | novembre 2014

VICTOR HUGO 1860-1865 sur l’éducation des femmes 

La femme ignorante est un écueil, la femme savante en est un autre. […] La femme bestiale ennuie, la femme masculine déplaît. […] L’érudition est un poids, la pédagogie est un fardeau. […] L’homme veut la femme femme. Il a raison. De là le problème, quelle sera l’éducation ?
Il faut que la femme reste femme et soit intelligence. Ni illettrée, ni érudite. […] Savoir tout ; impossible. Savoir les mêmes choses que l’homme, à quoi bon ? Qu’est-ce que la femme ? Le complément de l’homme. La solution du problème est là. Donnez à la femme, non une éducation plagiat, mais une éducation complément. L’homme passe dix ans dans les collèges ; les méthodes sont informes, les classiques sont arbitraires, le professorat a sur les yeux un bandeau de préjugés, mais en somme ce que l’enfant apprend est nécessaire. L’apprentissage du latin et du grec, c’est la première heure de la vie donnée à l’idéal ; ne la regrettez pas. L’idéal est un lest généreux. Le reste de l’existence n’appartiendra que trop aux bas côtés de la destinée. […] L’homme sort du collège […]. Il passe la Manche, il entre dans Londres, on lui parle une langue inconnue, il n’entend pas et ne peut répondre. Le voilà sourd muet. C’est à cette sortie du collège qu’il rencontre la femme, sa compagne sur cette terre, son enchantement, son point d’appui. Si elle sait ce qu’il sait, elle lui est inutile ; si elle sait ce qu’il ignore, quel doux et gracieux secours ! il sait le latin, elle sait l’anglais. Il a la sciences des chiffres et des textes ; elle a la science des fleurs, des insectes, des oiseaux, des étoiles. Il est plus près de la poésie, elle est plus près de la musique. [L]’homme explique les abeilles de Virgile à la femme qui lui explique les abeilles de la ruche. […] De cette façon l’homme trouve la vraie femme. Ignorante, non. Savante, oui. Mais charmante[88].

L’EPIGENETIQUE

L’épigénétique, c’est la modulation de l’expression des gênes, en fonction de notre comportement quotidien :

Ce que nous mangeons, si nous faisons de l’exercice ou pas, si nous savons manager ou non notre stress, si nous avons du plaisir dans ce que nous faisons et si nous avons un réseau social et familial qui marche bien.

Nous sommes en grande partie responsable de notre santé : reprenons en main les rênes…

Comment : en apportant de bons nutriments à notre organisme, en l’oxygénant, en se mettant à l’abri de la pollution et en travaillant sur notre état mental et émotionnel pour chasser le stress.

L’épigénétique, est la grande révolution biologique de ces cinq dernières années. Joël de Rosnay

L’exemple des abeilles : toutes les larves d’abeille, dans la ruche, ont le même patrimoine génétique. Mais si l’une d’elle est intégralement nourrie de gelée royale, elle deviendra une reine : elle sera bien plus grosse que les ouvrières, pondra des oeufs et vivra plus longtemps.

Chez les abeilles, comme chez les humains l’alimentation modifie l’expression des gênes.

MOINS LE CORPS PESE, PLUS L’ESPRIT SE LIBERE. Gérard Laize

La tête c’est plus de 5 kg en équilibre instable : ayons un appuie-tête.

Un tiers de votre poids du corps est libéré avec deux accoudoirs.

Nos jambes représentent un tiers de notre poids, le repose pied s’impose.

La bonne position assise est 120°.

ACCEPTER SES EMOTIONS

Vouloir se débarrasser d’une émotion négative est sans conteste une erreur. Nombreuses sont les personnes qui les rejettent par des « même pas peur », « même pas mal » ou « je verrai cela plus tard ».

Si refouler une sensation désagréable provoquée par un évènement insolite et ponctuel peut tout à fait être une solution (il m’a fait une queue de poisson, j’ai eu peur, il m’a mis en danger, je suis en colère, j’appuie à fond sur le klaxon), il n’en est pas de même avec des sentiments dont l’intensité est tellement forte, l’origine tellement profonde, qu’elle réapparaîtra ultérieurement, sous une forme ou sous une autre.

Il en est ainsi pour les personnes qui se mettent fréquemment en colère, qui vivent dans le doute permanent ou qui ressentent une mélancolie lancinante depuis de longues années.

Aussi désagréables soient-elles, les émotions négatives sont là pour vous protéger. Les accepter revient à diminuer leurs impacts, les prendre en considération permet de se mettre en mouvement.

Il existe une multitude de techniques qui permettent de sortir de cet état franchement désagréable et limitant. Nous vous présentons un protocole centré sur la réflexion qui permet de sortir rapidement des effets désagréables de certaines émotions par la recherche et la sélection d’actions concrètes positives et constructives.

OMMENT TIRER PROFIT DES EMOTIONS NEGATIVES : UN PROTOCOLE EN 5 ETAPES  ?

Pour transformer une émotion négative en action positive, il vous suffit de répondre aux 5 questions suivantes. Nous avons pris comme exemple une émotion négative : la culpabilité.

1 – « Quelle est l’émotion négative que je souhaite gérer ? » : la culpabilité

2 – « Sélectionnez une expérience récente où vous avez vécu cette émotion » :

J’ai remis à mon client une proposition avec 3 jours de retard et je me suis senti coupable

3 – « Quels sont les différents ressentis qui composent cette expérience émotionnelle ? »

–        l’angoisse de perdre le client
–        la honte de ne pas avoir respecté mon engagement,
–        la colère intérieure de ne pas avoir tenu les délais
 

4 – « Quels sont les messages positifs de changement pour vous de chacun de ces ressentis ? »

L’angoisse :

Provoquer la rencontre pour s’expliquer plutôt que d’attendre une éventuelle remarque désagréable

La honte :

Accepter qu’il puisse arriver de ne pas pouvoir respecter sa promesse

La colère intérieure :

Assouplir son niveau d’exigence dans certaines circonstances

5 – « Quelles actions pouvez-vous poser pour chacun de ces ressentis à l’avenir ? »

L’angoisse :

A l’avenir, négocier avec mon client un délai de livraison réaliste qui puisse concilier son degré d’urgence et mon agenda au lieu de m’engager sur une échéance que je sais ne pas pouvoir tenir.

Le manquement à sa parole :

Prévenir mon client des risques d’un retard, m’en excuser et lui demander s’il est possible d’obtenir un délai supplémentaire.

La colère intérieure :

Accepter de ne pas toujours pouvoir être parfait et identifier ses axes de progrès, en l’occurrence :

– être moins centré sur les détails, pour réduire le temps de traitement ;
– refuser de suspendre mon travail pour réaliser des travaux qui n’étaient pas prévus.
 DEVENEZ AUTEUR DE VOTRE EPANOUISSEMENT

Adopter ce protocole est source d’apprentissage pour soi et dans sa relation aux autres.

Identifier les intentions positives des émotions négatives, puis poser des actions permet d’acquérir de nouvelles capacités et développer de nouveaux comportements.

Tel le dauphin, apprenez à accepter toutes vos émotions, elles sont normales et légitimes. Vous avez à présent connaissance d’une technique qui vous permettra d’optimiser votre aptitude à aborder les vicissitudes de la vie avec davantage de sérénité et de confiance en vous.

COMPRENDRE CE QUE SONT LES EMOTIONS

On dénombre généralement 4 émotions principales. Une positive, la joie, et 3 négatives : la peur, la tristesse et la colère.

Les émotions négatives ont une fonction très importante qu’il convient d’intégrer : elles ont pour objectif de vous faire réagir ! Contre toute attente, elles sont donc bienveillantes.

Face à une situation contraignante ou menaçante, le processus d’adaptation naturel et instinctif consiste à adopter une de ces 3 positions : le combat, la fuite ou la soumission. Bien évidemment, aucune de ces réactions n’est positive pour soi.

La théorie du « cerveau triunique », développée par le médecin et neurobiologiste Paul Mc Lean en 1970, a permis de comprendre que chaque être humain est doté de 3 cerveaux, en interaction permanente :

– le reptilien, siège de la survie, responsable de l’action ;
– le limbique, siège de l’émotion et de la relation ;
– le néocortex, siège de la réflexion, responsable de l’adaptation.
 D’autres travaux ont également mis en évidence la séquence type de mobilisation de ces 3 sphères :
– en premier, le limbique, ce que nous ressentons
– en second, le néocortex, ce que nous nous disons
Ce qu’il y a de paradoxal avec les émotions négatives, c’est qu’elles sont toutes porteuses d’un message positif :   – La colère a pour but d’obtenir une REPARATION (excuse, rectification…) mais également de REVISITER le principe qui a été malmené (Si tout le monde était honnête tout le temps avec tout le monde, qu’est-ce que cela donnerai ?) – La peur a pour objectif de se RASSURER (obtenir des informations, passer à l’action…) – La tristesse à pour finalité de REBONDIR (passer à autre chose, relativiser…)   

La Vitamine C et votre alimentation

002Rote_Tomateconfit-oignons-1289298985 fraise_ framboisepoivronartichaut_camus_culturepotimaronpomme_de_terrepoireaux2Chou_vert_DC_t.800Persil1orangepamplemousse1.citron.jaune (1)DIGITAL CAMERA

 La Vitamine C est la clé pour garder une peau jeune et saine. C’est un antioxydant puissant qui ralentit les dommages des radicaux-libres qui causent sécheresse, ridules et rides. Elle aide à combattre, voire même à inverser, les effets du temps sur la peau, grâce au collagène, une protéine qui rend la peau pulpeuse et ferme.

Trouver un sens à sa vie. La logothérapie (raison se dit « logos » en grec)

Valoriser notre temps et nos ressources

Je suis unique : je suis le seul à réaliser ce qui est en mon pouvoir dans mes circonstances, dans les délais qui sont ceux de ma vie, dans mon environnement. Ma vie elle-même me pose la question du sens à lui donner : c’est à moi de la prendre en main, de lui donner une direction. Je suis responsable de ma vie.

Une responsabilité unique

Chacun a une tâche à accomplir sur cette terre et, en cela, il est irremplaçable. Nous ne pouvons rien changer au passé, à nos erreurs, limites et blessures, mais l’avenir est à nous. Et je peux choisir envers qui ou envers quoi je veux être responsable.

Ma vie est toujours dirigée vers quelqu’un d’autre que moi-même ou quelque chose d’autre. En nous consacrant à une personne aimée ou à une cause, nous nous humanisons, nous nous réalisons en tant que personne humaine : c’est en nous dépassant que nous trouvons le sens de notre vie !

Viktor E. Frankl (1905-1997) psychiatre autrichien