Cet après-midi j’ai roulé à vélo dans les odeurs enivrantes de l’aubépine, dégagées par l’intensité des rayons du soleil. Victoire Képhale

Osez, osez Aubépine (Réf : l’arbre le paysage, le territoire)

L’aubépine, c’est sans doute l’arbuste le plus planté de l’histoire des paysages d’Europe : d’immenses réseaux de haies furent tissés des liens robustes de ce « bois de mai ». L’aubépine ce sont des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches… et plein de qualités : épineuse bien sûr, pour garder les troupeaux, mais aussi facile à tailler, vigoureuse, plastique, durable…

L’épine blanche ne drageonne pas partout, comme l’épine noire sa cousine, son bois chauffe le four à pain comme nul autre, sa feuille est fine et légère et surtout sa splendide floraison en mai dégage une odeur enivrante.

L’aubépine, les oiseaux l’apprécient à la fois pour ses fruits nourrissants, mûrs en hiver, qui leur permettent de passer les disettes, mais aussi pour ses précieux piquants qui protègent leurs nichées. Bel arbuste!

L’aubépine est originaire d’Europe et d’Asie de la famille des Rosaceae.
Ce petit arbuste buissonnant et épineux donne des fleurs blanches, roses ou rouges, à la fin du printemps et des petits fruits rouges (les cenelles), comestibles, au début de l’automne. L’aubépine est fréquemment présente en bordure de bois et dans les haies.

Vertus thérapeutiques de l’aubépine

L’aubépine était utilisée aussi bien dans la Grèce Antique que dans la médecine traditionnelle chinoise des siècles avant notre ère dans le traitement des troubles cardiovasculaires. La plante est également utilisée pour lutter contre l’anxiété et les insomnies qui peuvent en résulter.
L’usage de l’extrait d’aubépine (feuilles et fleurs) est aujourd’hui reconnu par l’Organisation mondiale de la Santé et l’ESCOP (European Scientific Cooperative on Phytotherapy) pour traiter l’insuffisance cardiaque congestive légère à modérée. Son efficacité est même avérée selon le barème de la New York Heart Association.
La plante figure dans la liste A de la Pharmacopée française.

Je me soigne par les plantes

Outre ces qualités sédatives, l’aubépine commune est un puissant cardiotonique. Elle permet donc de corriger les problèmes d’hypertension et d’améliorer les cas d’arythmie, de tachycardie comme ceux d’essoufflement. Les fleurs se récoltent en bouton et doivent être à peine jaunies.
Pour les conserver, placez-les dans des boîtes en bois ou des sachets en papier.

Les baies d’aubépine mûrissent entre septembre et octobre. Issues d’un buisson ou d’un arbuste, elles sont faciles à atteindre. Mais, dotée de redoutables épines, l’aubépine défie le cueilleur le plus motivé. Les deux espèces : l’aubépine à un style (Crataegus monogyna) et celle à deux styles (C. laevigata) sont aussi piquantes l’une que l’autre. Les baies de la première sont plus grosses que celles de la seconde et ne contiennent qu’une seule graine ; celles de la seconde en abritent plusieurs. Toutes deux sont comestibles, mais fades.

Utilisation

Les baies d’aubépine exercent un effet régulateur sur le rythme cardiaque. Elles conviennent aux personnes nerveuses, émotives ou stressées. Les étudiants soumis à la pression des examens en feront bon usage en consommant une préparation, un mois avant la date fatidique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :