Alors on entendra sous l’accent du délire Dans les aveugles mots les cris de déraison Par cet amour de toi soudre la floraison Des grands rosiers humains promis à l’avenir Alors on entendra le cœur jamais éteint Alors on entendra le sanglot sous la pierre Que l’on verra saigner où s’attacha mon lierre On saura que ma nuit préparait le matin. Louis Aragon

bon vendredi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :