Demain ! Il est plus doux, ce mot, à mon oreille, Que les bois frissonnants au souffle du matin, Plus doux que des ruisseaux le murmure lointain, Plus doux que la chanson de l’oiseau qui s’éveille. Demain, l’aurore aux cieux s’ouvrira plus vermeille. Demain Ah ! si le temps, à pas lent mais certain, Pouvait précipiter, plus fort que le destin, La nuit qui nous sépare, au gouffre où tout sommeille ! Pourtant, sous l’œil brillant des nocturnes flambeaux, Tout parfumés d’amour, mes songes seront beaux !… Mais ce n’est plus un bien que le réveil enlève, Ce n’est plus un bonheur qui fond sous notre main, Un fantôme léger, fils de l’ombre et du rêve : C’est toi-même ; c’est toi que je verrai demain ! Edmond Arnould

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :