Archive | décembre 2016

Mon Amour pourquoi n’ai-je pas reçu cette lettre

Interceptée par qui et pourquoi… ?

Mon Amour si j’avais reçu cette lettre j’aurai volé vers toi

Comme tu t’en doutais comme tu le souhaitais

Mon Amour, je t’ai écrit cette lettre même si tu en  doutes

Et tu m’a répondu  même si tu ne t’en souviens plus

Mon Amour si tu avais bien reçu cette lettre

Nous ne serions pas à souffrir à ce jour ce martyr

D’avoir passé à côté de notre  vie remplie d’Amour

Mais, mon Amour ta réponse ou la réponse à cette lettre

Etait sans équivoque, tu n’avais pas le temps

Mon Amour tu avais pris d’autres engagements

Alors, je me suis laissée portée par les évènements

J’ai rencontré quelqu’un qui m’aimait sûrement

Et je lui ai donné trois enfants

Avec un prénom commençant par un A

Un A comme Amour car je tenais tant à revendiquer

Ce nouvel Amour cet Amour maternel où je me complaisais tant

Toi aussi tu as fait ta vie quatre enfants tu m’en diras tant

Mais cet Amour enfui au fil du temps

Mon Amour, ressurgit aujourd’hui comme un volcan.

Victoire Kephale

 

 

 

 

On voyage pour changer non de lieu mais d’idées. Hippolyte Taine

Partir c’est mourir un peu a dit Edmond Araucourt. Laisser ceux qu’on aime derrière soi, les quitter.
Je suis partie tu vas partir, je suis revenue tu reviendras.Tout quitter pour essayer d’oublier.
Fuir, n’arrange rien. En revenant les problèmes non résolus sont toujours là.
Partir cela fait du bien, mais cela ne résoud rien. Laisser tout en plan advienne que pourra ! Revenir c’est recouvrer les êtres que l’on aime les affaires en l’état . Espérer que tout va s’arranger parce qu’on est parti. Partir c’est se sentir libre. Partir sans revenir. Rien que d’y penser cela fait du bien.
Prendre du recul, réfléchir à ce qui est meilleur pour soi. Voir autre chose, d’autres paysages, d’autres gens, s’étourdir du moment présent. Ne plus penser à avant. Le changement aide à faire abstraction de tous nos maux. Oui voyager c’est une soupape pour accepter la réalité si difficile à réaliser. Partir c’est mourir un peu mais il faut revenir…

Victoire Kephale

Qui n’a jamais éprouvé les tourments de l’amour ne connaît rien à l’amour. Proverbe persan

Le vent souffle dehors, l’automne est bien avancé.

Je suis dans la tourmente comme ce vent  que j’entend

Qui arrache les dernières feuilles et les fait virevolter

Celles-ci viennent mourir sur le sol recouvert de graviers

En poussant  leur dernier cri avant de nourrir la terre

Je suis dans la tourmente car je ressens un malaise au fond de moi

Je m’accroche à la vie comme ces feuilles qui dans leur dernier moment

Virevoltent, résistent, puis se laisse vaincre par cet élément, le vent.

Elles se réunissent dans un coin, elles s’entassent par endroit

Elles sont là attendant leur sort : être balayé une nouvelle fois

Par l’homme cette fois.

Je suis dans la tourmente et j’attend, j’analyse ce que je ressens

Je voudrais être cette feuille légère, emportée par le vent, 

Virevolter dans l’air, me laisser guider ne plus penser.

Ce matin je cours sur ces feuilles qui crissent sous mes pas

Mon coeur est lourd de ressentiments

Il me manque un je ne sais quoi mais non c’est toi…

Victoire Kephale