Archive | mars 2018

C.A.R.E L’équilibre entre la circulation, l’assimilation, la relaxation et l’élimination engendre guérison, santé et longévité. Edgar Cayce

C comme circulation

La circulation. Elle s’avère capitale dans les mécanismes de régénération du corps. En conséquence, la stimuler par des exercices physiques, des massages ou des manipulations thérapeutiques, telles que celles pratiquées en chiropractie et en ostéopathie, renforce considérablement les processus naturels de guérison.

A comme Assimilation

L’assimilation. Elle représente la manière dont le corps digère la nourriture et répartit les substances nutritives. D’une part, l’assimilation dépend du régime alimentaire : selon les lectures, ce dernier devrait se composer de vingt pour cent d’aliments « acides » (c’est-à-dire qui acidifient l’organisme), de quatre-vingt pour cent d’aliments « alcalins », ainsi que d’un litre et demi ou deux litres d’eau par jour. D’autre part, elle dépend de la façon de préparer et de combiner les denrées. Par exemple, les lectures invitent à consommer régulièrement céréales et agrumes, toutefois jamais au même repas étant donné leur incompatibilité durant la digestion.

R comme relaxation

La relaxation. Celle-ci inclut assez de sommeil, mais également du temps libre et des loisirs. Cayce affirma dans une lecture :
« Cet état provient de ce que l’on pourrait appeler des déséquilibres d’ordre professionnel : insuffisance de soleil et de dépenses physiques ; trop de travail intellectuel, alors qu’il faudrait maintenir la juste mesure entre l’âme, l’esprit et le corps. La personne qui n’accorde aucune place dans sa vie à la détente et à l’harmonisation de chaque aspect de son être, se leurre et devra tôt ou tard en payer le prix. »
 
E comme élimination
L’élimination. Il est indispensable que le corps se débarrasse de ses toxines et purifie ses organes internes pour fonctionner normalement. Alimentation adéquate, beaucoup d’eau par voie orale, mouvements respiratoires, exercice physique tel que la marche, bains de vapeur et lavements intestinaux assurent de bons mécanismes d’élimination. Cayce insistait sur l’importance d’aller à la selle tous les jours.

 

 

Chronique d’une mort assurée.

Quand je repasse le film de ses derniers instants, je me rend compte que tout à contribué à vivre son dernier moment. Comme si c’était programmé.

Jaya était dans la voiture, elle aurait dû y rester. La voiture aurait dû être garée dans l’autre sens comme d’habitude.

Je suis sortie la laissant à l’intérieur devant. Puis j’ai ouvert la porte latérale. En effet, j’ai vu un chat traversé la route sur ma gauche. En prenant des affaires, j’ai tourné ma tête à droite et là j’ai vu Jaya qui traversait la route, puis la voiture, le choc… J’ai tout de suite réalisé qu’il y avait un blême… Je me suis précipitée, son petit coeur battait encore. La voiture s’est arrêtée plus loin, la conductrice nous a dit qu’elle n’avait pu l’éviter, qu’elle était désolée. Une voisine qui jardinait à accouru. Jaya avait les yeux hagards, mais son coeur battait. La voisine est montée devant dans la voiture pour nous montrer où était le plus proche vétérinaire. Moi derrière, sa tête sur mes genoux, je la caressais, lui parlais. Puis  quelques soubresauts et j’ai su que c’était fini. La véto et son stéthoscope ont confirmé la chose…

J’ai enfin entendu mon téléphone sonné. C’était un sms de ma fille qui avait vu notre voiture garée devant chez elle, qui avait ouvert le portail, elle savait que nous allions arriver, puis tout à coup plus de voiture, le téléphone ne répondait pas, elle ne comprenais pas. Je l’ai appelé pour lui dire ce qu’il en était et que Jaya était morte. Qu’on allait revenir…

J’ai su après que le chat enfermé dans le garage, venait juste d’être relâché. Et Jaya aimait courir après les oiseaux et bien sûr les chats. En allant sur la banquette arrière, elle l’a vu comme moi certainement et elle est sortie de la voiture. Je ne l’ai pas vu sortir.

Elle était comme cela, vive, aux aguets…

Victoire Kephale

Comment tromper son cerveau

L’expression des émotions est une voie à double sens.

Notre cerveau prête attention à ce que notre corps fait, et cela affecte nos émotions. Ainsi, le simple fait de sourire, même sans motif particulier, donne au corps un moment de bonheur qui possède de nombreux bienfaits.

En effet, bien qu’il soit parfois difficile de contrôler nos émotions, il est beaucoup plus facile de contrôler nos muscles : alors SOURIEZ