Archive | Mes recettes pratiques RSS for this section

UNE POMME CHAQUE MATIN ELOIGNE LE MEDECIN

0b5d7ce3e8_tag-infosante-dossier

Les pommes font baisser le cholestérol et aident à respirer.

Une récente étude parue dans le British journal of nutrition réduirait le risque d’angine de poitrine et d’infarctus.

La pectine que contient la pomme capture une partie des sucres et des graisses présents dans l’intestin, et permet à l’organisme de les éliminer naturellement et d’ accélèrer le transit.

La pomme est riche en antioxydants, réduit l’inflammation chez les asthmatiques.

La consommation d’une pomme par jour ou de jus diminuerait le risque de développer un cancer pulmonaire, colorectal et du sein…

Le pouvoir antioxydant (protecteur des cellules et anti-vieillissement) de la pomme se concentre dans sa peau. Elle réduit la multiplication des cellules cancéreuses. A condition que le fruit soit bio…

Publicités

LA CAPUCINE OU FLEUR D’AMOUR

027

Cette fleur sanguine originaire du Pérou, on la dit capable d’exciter les appétits sexuels… Tiré de C’est la nature qui a raison de Maurice Mességué

Les feuilles se mangent dans la soupe (avec des pommes de terre), les fleurs dans la salade qu’elles décorent. Le goût poivré des capucines est agréable et stimule l’appétit.

Riche en souffre la capucine est recommandé, car elle nous revigore. Elle est légèrement laxative et assure un bon transit.

Enfin en usage externe la capucine dit-on retient le cheveu, voir recette dans soins des cheveux (article du 25/02/14)

L’ORTIE

ORTIE

L’ortie est une véritable découverte du monde sauvage. Extrêmement riche en minéraux et d’une grande teneur en vitamines en plus d’être la verdure la plus riche en protéines végétales. C’est une plante toute indiquée pour vaincre l’anémie. Au poids sec (déshydratée), elle contient près du tiers de son poids en protéines et est un véritable supplément en minéraux.

Propriétés médicinales de l’ortie

L’ortie est considérée de longue date comme la plante par excellence contre l’anémie. Et ce n’est pas sans fondement, car elle est la seule plante comestible aussi riche en fer et en vitamine C qu’on puisse trouver à portée de chez soi. L’ortie est donc particulièrement une alliée des femmes qui ont des besoins supérieurs en fer dans l’alimentation. Mais elle est aussi pour la même raison une plante importante à consommer suite à une perte de sang, afin de permettre au corps de rétablir rapidement un bon taux d’hémoglobine.

Les bienfaits de l’ortie sont connus depuis l’Antiquité. C’est l’une des plantes médicinales les plus efficaces. L’ortie est utilisée sous de nombreuses formes (décoction, cataplasme, etc.) selon l’effet désiré : diurétique, antirhumatismal, antidémangeaison, etc.

Vertus médicinales de l’ortie

L’ortie possède trois qualités reconnues. Elle est un très bon diurétique pour irriguer les organes comme le rein ou la vessie, sous forme de capsules, de feuilles séchées, de jus frais, d’extrait fluide ou de teinture alcoolique. L’ortie en cataplasme associée à l’argile verte agit contre les douleurs de l’arthrite et des rhumatismes. Laissez agir 30 minutes au moins. Les feuilles lyophilisées combattent le rhume des foins. La racine soulage la miction en cas d’inflammation bénigne de la prostate. La racine de l’ortie peut être absorbée séchée ou transformée en extrait normalisé.

L’ortie pour les tracas quotidiens

Appliquée en lotion, l’ortie lutte contre l’acné. En bain de bouche, la plante se révèle efficace contre les infections : aphtes, gingivite, angine. L’ortie est aussi une alliée de la femme enceinte, la plante favorisant la stimulation du lait maternel. L’ortie est également utilisée dans la composition de produits favorisant la repousse des cheveux, mais aucune étude scientifique ne vient étayer cette vertu hypothétique. Voir recette dans l’article du 25/02/14.

L’ortie a des vertus sanitaires

Naturellement riche en vitamines A, B et C, l’ortie est également fortement minéralisée en fer, calcium, magnésium, potassium et phosphore. L’ortie est donc un excellent complément alimentaire en cas de « baisse de régime ».

Pense-bête : une fois chauffées, les feuilles d’ortie perdent leur caractère urticant.

Purin d’ortie

De par sa composition chimique et sa grande quantité en minéraux, l’ortie est aussi un fertilisant naturel très populaire en France où on l’utilise sous forme de purin. Une mixture fermentée emblématique de la culture biologique et souvent même vendue en jardinerie. Vous pouvez donc faire pousser l’ortie autant pour la manger que pour enrichir vos autres récoltes :

  • Mélanger avec de l’eau :
    Il faut respecter les doses suivantes.
    Engrais => 1 kg d’orties pour 10L d’eau
    Répulsif => 1 kg d’orties pour 20L d’eau
    .
  • Laisser macérer :
    1 à 2 semaines en remuant tous les deux jours environ
  • Filtrer la solution de purin d’orties :
    Il ne faut récupérer que le mélange et se débarrasser des résidus d’orties
    .
  • Utilisation en tant que répulsif :
    Pulvérisez sur les plantes avec un pulvérisateur pour l’utiliser contre les parasites
    .
  • Utilisation en tant qu’engrais :
    Versez le directement dans la terre telle un engrais liquide, inutile de le diluer plus que ça.

Les bienfaits des piqûres d’ortie :

Les principes actifs de cette sensation de brûlure douloureuse sont l’acide formique et l’acétylcholine. C’est un peu le mécanisme de protection de l’ortie visant à repousser les opportuns.

L’effet apaisant, voire euphorisant, de la piqûre à postériori serait dû à la sérotonine, un neurotransmetteur qui intervient dans les émotions et la confiance mutuelle, favorisant la convivialité. Les personnes ayant un faible taux de sérotonine sont du reste plutôt agressives et prédisposées à la violence.

Le tryptophane (l’un des huit acides aminés de base) est un précurseur de la sérotonine et semble manquer dans notre alimentation. On trouve des quantités importantes de tryptophane dans les graines de courge et de sésame, aliments à conseiller aux personnes nerveuses et stressées. Les végétariens, qui consomment régulièrement ces graines, sont du reste plus calmes que la moyenne.

La sérotonine favorise donc le sentiment de bien-être.

Ceci dit, pour en revenir aux piqûres d’orties, elles ne permettent pas seulement de soigner les rhumatismes. L’urtication, qui consiste à fouetter la peau avec un bouquet d’orties, soulage également l‘arthrite, la goutte et la tendinite (à renouveler une fois par semaine jusqu’à amélioration). J’ajouterai qu’elle peut aussi être utile aux personnes ayant les extrémités froides, du fait d’une mauvaise circulation du sang dans les capillaires au niveau des mains et des pieds. Ce phénomène serait dû à l’histamine, autre composant du « venin » des orties et qui est un vasodilatateur. Soit dit en passant, les graisses animales – comme le beurre – sont composées de macromolécules plus grosses que celles des graisses végétales. Circulant plus difficilement dans les capillaires fins, elles ont tendance à bloquer la circulation dans les extrémités et devraient donc être évitées par les personnes souffrant de cette pathologie.

Pour conclure, l’ortie ne s’adresse pas aux personnes superficielles, qui ne voient que son aspect initial déplaisant. Mais, si l’on dépasse les premiers désagréments de sa piqûre, l’ortie soulage et console au contraire.

L’ortie ressemble à un homme un peu rude, mais qui a du coeur et qui, au besoin, sait sacrifier sa vie pour sauver celle de son voisin. »

Associer légumes, plantes et fleurs contre les maladies et les parasites

Associer légumes, plantes et fleurs contre les maladies et les parasites

Associer légumes, plantes et fleurs contre les maladies et les parasites
Asperge
L’odeur des feuillages des tomates, de la tanaisie, de la rue et de la sauge repoussent la mouche de l’asperge.

Betterave
Légume à associer avec les capucines naines qui attirent les pucerons. Les laitues luttent contre les altises.

Carotte
Le parfum des poireaux, des oignons, de l’échalote, de l’ail, de la ciboulette et de la sauge repoussent la mouche de la carotte. Contre les araignées rouges qui gênent la levée des carottes, semer des radis 15 jours plus tôt.

Céleri
Le raifort a une action efficace contre la rouille du céleri.

Chou brocoli
Légume à associer avec les aromatiques (romarin, sauge, sarriette, thym) qui agissent contre les altises et la piéride de tous les choux.

Chou-fleur
Légume à associer avec les œillets d’Inde et les chicorées qui repoussent les altises.

Chou (et Chou pommé)
Les salades sont utiles contre les altises, les tomates, l’aneth, la marjolaine, la menthe et l’origan luttent contre la mouche du chou et la piéride ; les haricots contre la mouche du chou et les pucerons cendrés . Les céleris et les tomates contre les piérides.
Associer avec des aromatiques : l’hysope, la menthe, la sauge et le thym contre les piérides.
Associer avec des fleurs : les cosmos contre les piérides ; les œillets d’Inde contre les altises.

Concombre et cornichon
La sauge et le tournesol semblent favoriser le développement des concombres et cornichons. Le basilic est utile contre l’oïdium. Les capucines attirent les pucerons qui libèrent les concombres et les cornichons.

Courgette
Les tiges et les feuilles collantes des tabacs d’ornement piègent les aleurodes. Les capucines, soucis et oeillets stimulent la croissance et attirent les pucerons au profit de la courgette. Et aussi, le basilic contre l’oïdium, le thym contre les limaces

Épinard
Les soucis et les œillets d’Inde fleurissent tard en automne et luttent contre les pucerons, le thym contre les limaces.

Haricot vert :
Le maïs – qui profite de l’azote fixé par les haricots – pour servir de tuteur aux variétés grimpantes.
Associer avec des aromatiques : la sarriette et le romarin contre la mouche du haricot et pour renforcer le goût
Associer avec des fleurs : les capucines contre les pucerons qu’elles attirent sur elles

Laitue :
Les choux pour procurer de l’ombre aux laitues en début de culture ou en été.
Associer avec des aromatiques : le romarin, la sarriette, la sauge et le thym contre les pucerons, le thym contre les limaces
Associer avec des fleurs : les capucines et les soucis contre les pucerons

Melon :
Associer avec des aromatiques : le persil et l’origan contre les pucerons, le thym contre les limaces

Navet
L’odeur du feuillage des tomates, des plantes aromatiques fait fuir la mouche du navet. Les salades, tomates et l’aneth ont une action efficace contre les altises.

Oignon :
Les carottes contre la mouche de l’oignon ; le persil pour stimuler la croissance.
Associer avec des aromatiques : le persil pour stimuler la croissance.

Piment et poivron
Les radis éloignent les araignées rouges. Les soucis et les œillets d’Inde repoussent les aleurodes. Le persil fait fuir les pucerons. La bourrache qui attire les pollinisateurs, pour la fécondation des fleurs et donc favorise la fructification

Poireau
Les carottes sont utiles contre la teigne du poireau. Alterner un rang sur deux.

Poirée
Le cresson alénois, la menthe, le romarin et les œillets d’Inde luttent contre les altises.

Pois :
Les pommes de terre – qui profitent de l’azote fixé par les pois – contre l’oïdium.
Associer avec des fleurs : le tabac d’ornement contre les thrips

Pommes de terre :
L’ail et les aubergines contre les doryphores ; les haricots, les pois et les fèves pour l’azote qu’ils apportent dans la terre, ce qui stimule la croissance.
Associer avec des aromatiques : la ciboulette et la coriandre contre les doryphores.

Radis de tous les mois
La proximité des carottes semble adoucir les radis. En faisant de l’ombre et en gardant l’humidité du sol, les salades limitent les attaques d’altises.

Salade à couper
Les soucis, les aromatiques (romarin, sarriette, sauge, thym) ont une action efficace contre les pucerons.

Salade pommée
Les capucines attirent les pucerons qui soulagent la salade pommée, et les œillets d’Inde les repoussent.

Tomate
Les œillets d’Inde stimulent la production des fruits et repoussent les nématodes des racines. Les tabacs d’ornement piègent les aleurodes sur leurs feuilles collantes. Les capucines semblent limiter le mildiou. Utiliser le persil et le basilic pour stimuler la croissance.

Thérèse TREDOULAT