Archive | Plantes comestibles RSS for this section

MENTHE

MENTHE

Parce qu’elle prolifère partout, la menthe du jardin

s’est retrouvée cette année, limitée dans un lavoir

ORIGAN

Sauge à l'ananas

Bienfaits

Depuis l’Antiquité, on emploie l’origan en infusion, en décoction voire en cataplasme pour soigner de nombreux maux de la vie quotidienne. Ainsi, on reconnaît à l’origan un pouvoir antalgique. Cette action anti-douleur s’associe à ses vertus antiseptiques et antispasmodiques. Il est donc incroyablement efficace en cataplasme pour assainir des plaies et des morsures, ou pour soulager des muscles contractés. C’est d’ailleurs ainsi que les Grecs ont commencé à l’utiliser.

En outre, il a une action stimulante sur les fonctions digestives et biliaires. Boire son infusion permet alors d’éviter les désagréments d’un repas trop copieux ou tout simplement d’une digestibilité fragile.

Enfin, l’origan, tonique à souhait, est un véritable coup de fouet contre les maux de l’hiver. Expectorant et antitussif, il est l’allié des enrhumés et des personnes sujettent à des bronchiques chroniques. On constate même une action bénéfique sur l’asthme.

L’huile essentielle dont l’origan regorge, est très utilisée, quant à elle, en aromathérapie, pour ses vertus antibactériennes et anti-parasitaires, notamment. En diffusion ou en friction (diluée à de l’huile végétale dans ce cas, car très irritantes pour la peau), elle procure un soulagement immédiat.
L’origan permet également d’aromatiser l’huile d’olive. Une branche glissée dans la bouteille développera tout son parfum au fil des jours, tout en apportant une touche décorative. Pensez, pour finir, à en parfumer votre vinaigre : versez-le tiédi sur les herbes lavées et séchées dans un bocal. Exposez celui-ci, fermé, au soleil et remuez-le tous les jours pendant deux semaines. Filtrez et transvasez dans une jolie bouteille en ajoutant une branche à l’intérieur… c’est prêt !
Histoire

Cousin sauvage de la marjolaine, l’origan est originaire du bassin méditerranéen et d’Asie Centrale. De la famille des labiacées, cette plante vivace et mellifère (butinée par les abeilles qui en produisent du miel) pousse spontanément sur les versants ensoleillés et pierreux des montagnes d’Europe. L’origanum vulgare aime aussi les sols calcaires et les bordures de routes, qu’elle embellit de ses jolies fleurs rose pâle à rouges.

En Égypte et en Inde, on la considérait comme une plante sacrée. Grecs et Romains lui attribuaient, eux, des vertus aphrodisiaques : c’était ainsi la plante du bonheur et de l’amour que l’on offrait aux jeunes mariés. C’est aussi dans l’Antiquité que ses propriétés médicinales ont été découvertes, et, au Moyen Âge, son infusion était fréquemment préconisée.

SAUGE ANANAS

origan

La sauge ananas est une sauge aromatique provenant du Mexique dont le parfum fruité des feuilles rappelle celui de l’ananas. Il s’agit d’un sous-arbrisseau pouvant atteindre les 1,20 m de hauteur voire plus de un mètre cinquante si il est cultivé dans les meilleures conditions et sous un climat favorable. Plante vivace aux tiges ligneuses à la base, ramifiées et dressées, elle forme une touffe au port évasé de un mètre de large environ.

Les feuilles vert pale sont larges et recouvertes d’un fin duvet. Les longues fleurs tubulaires rouge intense, regroupées en épis à la cime des tiges légèrement pourprées, sont particulièrement mises en valeur par le vert discret du feuillage.

Ses qualités ornementales en font une merveilleuse plante de massif. Mais n’hésitez pas à la cultiver en pot pour embellir votre terrasse et l’avoir à portée de main quand vous cuisinez.

Avec ses feuilles, je prépare des infusions au goût délicat d’ananas.

Ses fleurs peuvent décorer des salades de fruits.

L’ORTIE

ORTIE

L’ortie est une véritable découverte du monde sauvage. Extrêmement riche en minéraux et d’une grande teneur en vitamines en plus d’être la verdure la plus riche en protéines végétales. C’est une plante toute indiquée pour vaincre l’anémie. Au poids sec (déshydratée), elle contient près du tiers de son poids en protéines et est un véritable supplément en minéraux.

Propriétés médicinales de l’ortie

L’ortie est considérée de longue date comme la plante par excellence contre l’anémie. Et ce n’est pas sans fondement, car elle est la seule plante comestible aussi riche en fer et en vitamine C qu’on puisse trouver à portée de chez soi. L’ortie est donc particulièrement une alliée des femmes qui ont des besoins supérieurs en fer dans l’alimentation. Mais elle est aussi pour la même raison une plante importante à consommer suite à une perte de sang, afin de permettre au corps de rétablir rapidement un bon taux d’hémoglobine.

Les bienfaits de l’ortie sont connus depuis l’Antiquité. C’est l’une des plantes médicinales les plus efficaces. L’ortie est utilisée sous de nombreuses formes (décoction, cataplasme, etc.) selon l’effet désiré : diurétique, antirhumatismal, antidémangeaison, etc.

Vertus médicinales de l’ortie

L’ortie possède trois qualités reconnues. Elle est un très bon diurétique pour irriguer les organes comme le rein ou la vessie, sous forme de capsules, de feuilles séchées, de jus frais, d’extrait fluide ou de teinture alcoolique. L’ortie en cataplasme associée à l’argile verte agit contre les douleurs de l’arthrite et des rhumatismes. Laissez agir 30 minutes au moins. Les feuilles lyophilisées combattent le rhume des foins. La racine soulage la miction en cas d’inflammation bénigne de la prostate. La racine de l’ortie peut être absorbée séchée ou transformée en extrait normalisé.

L’ortie pour les tracas quotidiens

Appliquée en lotion, l’ortie lutte contre l’acné. En bain de bouche, la plante se révèle efficace contre les infections : aphtes, gingivite, angine. L’ortie est aussi une alliée de la femme enceinte, la plante favorisant la stimulation du lait maternel. L’ortie est également utilisée dans la composition de produits favorisant la repousse des cheveux, mais aucune étude scientifique ne vient étayer cette vertu hypothétique. Voir recette dans l’article du 25/02/14.

L’ortie a des vertus sanitaires

Naturellement riche en vitamines A, B et C, l’ortie est également fortement minéralisée en fer, calcium, magnésium, potassium et phosphore. L’ortie est donc un excellent complément alimentaire en cas de « baisse de régime ».

Pense-bête : une fois chauffées, les feuilles d’ortie perdent leur caractère urticant.

Purin d’ortie

De par sa composition chimique et sa grande quantité en minéraux, l’ortie est aussi un fertilisant naturel très populaire en France où on l’utilise sous forme de purin. Une mixture fermentée emblématique de la culture biologique et souvent même vendue en jardinerie. Vous pouvez donc faire pousser l’ortie autant pour la manger que pour enrichir vos autres récoltes :

  • Mélanger avec de l’eau :
    Il faut respecter les doses suivantes.
    Engrais => 1 kg d’orties pour 10L d’eau
    Répulsif => 1 kg d’orties pour 20L d’eau
    .
  • Laisser macérer :
    1 à 2 semaines en remuant tous les deux jours environ
  • Filtrer la solution de purin d’orties :
    Il ne faut récupérer que le mélange et se débarrasser des résidus d’orties
    .
  • Utilisation en tant que répulsif :
    Pulvérisez sur les plantes avec un pulvérisateur pour l’utiliser contre les parasites
    .
  • Utilisation en tant qu’engrais :
    Versez le directement dans la terre telle un engrais liquide, inutile de le diluer plus que ça.

Les bienfaits des piqûres d’ortie :

Les principes actifs de cette sensation de brûlure douloureuse sont l’acide formique et l’acétylcholine. C’est un peu le mécanisme de protection de l’ortie visant à repousser les opportuns.

L’effet apaisant, voire euphorisant, de la piqûre à postériori serait dû à la sérotonine, un neurotransmetteur qui intervient dans les émotions et la confiance mutuelle, favorisant la convivialité. Les personnes ayant un faible taux de sérotonine sont du reste plutôt agressives et prédisposées à la violence.

Le tryptophane (l’un des huit acides aminés de base) est un précurseur de la sérotonine et semble manquer dans notre alimentation. On trouve des quantités importantes de tryptophane dans les graines de courge et de sésame, aliments à conseiller aux personnes nerveuses et stressées. Les végétariens, qui consomment régulièrement ces graines, sont du reste plus calmes que la moyenne.

La sérotonine favorise donc le sentiment de bien-être.

Ceci dit, pour en revenir aux piqûres d’orties, elles ne permettent pas seulement de soigner les rhumatismes. L’urtication, qui consiste à fouetter la peau avec un bouquet d’orties, soulage également l‘arthrite, la goutte et la tendinite (à renouveler une fois par semaine jusqu’à amélioration). J’ajouterai qu’elle peut aussi être utile aux personnes ayant les extrémités froides, du fait d’une mauvaise circulation du sang dans les capillaires au niveau des mains et des pieds. Ce phénomène serait dû à l’histamine, autre composant du « venin » des orties et qui est un vasodilatateur. Soit dit en passant, les graisses animales – comme le beurre – sont composées de macromolécules plus grosses que celles des graisses végétales. Circulant plus difficilement dans les capillaires fins, elles ont tendance à bloquer la circulation dans les extrémités et devraient donc être évitées par les personnes souffrant de cette pathologie.

Pour conclure, l’ortie ne s’adresse pas aux personnes superficielles, qui ne voient que son aspect initial déplaisant. Mais, si l’on dépasse les premiers désagréments de sa piqûre, l’ortie soulage et console au contraire.

L’ortie ressemble à un homme un peu rude, mais qui a du coeur et qui, au besoin, sait sacrifier sa vie pour sauver celle de son voisin. »

LA MENTHE

LA MENTHE

La menthe est l’une des plantes médicinales les plus célèbres. Elle aurait des vertus digestives, spasmolytiques, carminatives, antiseptiques, toniques et stimulantes. Elle participerait à l’équilibre digestif et améliorerait le tonus général.

La menthe poivrée est la plus utilisée en phytothérapie, pour ses propriétés, connues de la tradition et étudiées scientifiquement.

Que ton vers soit la bonne aventure – Eparse au vent crispé du matin – Qui va fleurant la menthe et le thym… – Et tout le reste est littérature.

Paul Verlaine

SAUGE

SAUGE

« Qui a de la sauge dans son jardin n’a pas besoin de médecin. »