Archive | Par les bienfaits du sport RSS for this section

Ce que vous faites aujourd’hui peut améliorer tous vos lendemains. Ralph Marston

1997_0004 (5)1997_0005 (2).jpgNicole Cap Armor (2)1999 (2)25 02 92 Adjointe au Sport (2)

 

Publicités

L’activité physique peut permettre de donner du sens à son être, au-delà des vertus éducatives dont on la pare. Labridy

Octobre1999 (3)Nicole expression corporelle 1994 (4)Mars 2003 Cap Sports (2)Avril 92 Tir à l'arcfFête de Cap Sport 21 juin 1996Ile de Bréhat février 1995 (2)

LES BIENFAITS DE L’ACTIVITE PHYSIQUES

LES BIENFAITS DE L'ACTIVITE PHYSIQUES

On ne compte plus les nombreux bénéfices de l’exercice physique sur la santé. Allié de notre cœur, de nos os et de notre système vasculaire, il nous permet de rester en forme et d’affronter sereinement le quotidien.

Mais ce n’est pas tout. Depuis une dizaine d’années, les preuves s’accumulent sur les bienfaits du sport sur le cerveau. Selon les spécialistes, il améliorerait la mémoire et la concentration, agirait sur l’humeur et permettrait même la formation de nouveaux neurones. La pratique régulière d’une activité physique allégerait ainsi les symptômes de différentes pathologies chroniques comme la dépression ou la maladie d’Alzheimer.

La sérotonine hormone du bonheur

sérotonine

La sérotonine hormone du bonheur : Dans notre cerveau, c’est au niveau des neurones que tout se passe ! Pour communiquer entre eux, les neurones font appel à des messagers : les neurotransmetteurs. La sérotonine, un des plus important, régule notre appétit, notre humeur, et même notre tendance à la dépression. Voici 5 remèdes efficaces pour augmenter la sérotonine de façon naturelle.

Faire du sport

Pour produire la sérotonine dans notre organisme, il faut obligatoirement du tryptophane qui est l’acide aminé précurseur. Bonne nouvelle, on peut agir sur la production de tryptophane en faisant du sport : de nombreuses études menées sur des personnes dépressives ont montré que faire du sport augmente le taux de tryptophane et donc le taux de sérotonine; contribuant ainsi à lutter contre la dépression… Alors, sport ou antidépresseurs ?
Méditer

La méditation nous permet de réagir différemment aux évènements, de changer nos habitudes mentales bien ancrées dans notre cerveau. Au niveau neuronale, méditer nous permet de modifier les connections ente les neurones qui se font par les neurotransmetteurs comme la dopamine et la sérotonine. Comprendre le fonctionnement d’un neurone peut nous aider à méditer sereinement en sachant qu’un changement s’opère progressivement grâce à la plasticité neuronale.
Mieux Manger

La sérotonine est très liée à notre alimentation. Elle régule notre tendance à manger sucré et ainsi indirectement notre poids. Plusieurs aliments comme les oeufs, la dinde, les légumes secs contiennent le tryptophane qui permet de fabriquer la sérotonine. Mais si l’alimentation ne suffit pas (dans la cas de stress intense ou d’une dépression ) le griffonia simplicifolia, une plante qui contient beaucoup de tryptophane, peut être un complément alimentaire efficace pour booster la sérotonine.
Profiter de la Nature

Marcher dans la forêt, faire une promenade au soleil, être relié à la nature c’est naturellement agréable ! Encore faut-il vouloir prendre le temps de le faire, ne serait-ce que quelques minutes par jour… Et pas besoin d’attendre un soleil radieux pour bénéficier des bienfaits du rayonnement solaire. En effet, le soleil agit positivement sur notre production naturelle de sérotonine même quand on a l’impression qu’il fait gris. Profitez de la lumière du jour, c’est vital !
Avoir des pensées positives

Selon l’étude de Simon N. Young, « How to increase serotonin in the human brain without drugs» (Comment augmenter la sérotonine dans le cerveau humain sans drogues ?), le lien entre sérotonine et pensée positive se ferait dans les deux sens : avoir des pensées positives augmenterait le taux de sérotonine, de même qu’un taux de sérotonine élevé nous aiderait à avoir plus de pensées positives. La boucle est bouclée : alors « Think positive » !

Le plus long de tous les voyages commence par un tout petit pas ». Précepte chinois

Les différents types de marche :
La marche lente (au-dessous de 4,8 km/heure) qui, chez un adulte d’âge moyen, fait travailler de 30 à 45 % de la consommation maximale d’oxygène (VO2 max) et induit une fréquence cardiaque de l’ordre de 100 battements par minute (entre 95 et 105).
La marche normale et dynamique : à une vitesse comprise entre 4,8 et 6,4 km/heure. Cela correspond au travail effectué de 45 à 70 % de la VO2 max et à une fréquence cardiaque de 135 à 160 battements par minute.
La marche rapide : à une vitesse comprise entre 6,4 et 8 km/heure. Cela correspond à un travail effectué de 70 à 90 % de la VO2 max et à une fréquence cardiaque de 135 à 160 battements par minute.
La marche très rapide : à une vitesse de plus de 8 km à l’heure. Cela correspond à un travail effectué à plus de 90 % de la VO2 max et à une fréquence cardiaque de plus de 160 battements par minute.