Archive | ECRIVAINS, CITATIONS, MES PHOTOS ET IMAGES RSS for this section

E.M.O.T.I.O.N

E   ndosser sa douleur et exonérer l’autre de toute responsabilité vis-à-vis de sa douleur : éviter de projeter sur autrui une responsabilité qui nous incombe.

esurer son je et ne pas faire un moyen de pression sur l’autre. Exprimer notre   part, fonder notre seule réalité

bserver ce qui fait choc : porter notre attention aux faits précis qui nous déstabilisent

rouver le besoin satisfait grâce à l’émotion : reconnaître la satisfaction sans justifier ou culpabiliser

I  dentifier ses réactions de défense : reconnaître que nos réactions de fuite, de lutte et de repli sur soi sont des modèles de survie que nous employons sur le court et le plus souvent sur le long terme, et leurs conséquences sur nous et les autres.

O ccuper son espace intérieure : nous laisser éprouver les sensations déclenchées en nous, entrer en rapport avec cette réalité humaine qui ouvre la porte a une action mesurée.

N ourrir le lien avec l’autre : faire miroir, raisonner au propos de l’autre, que chacun reste responsable de son propos. Quand l’émotion est là utiliser sa résonance…

L’esprit conscient est le résultat du fonctionnement très bien articulé de plusieurs, et souvent nombreuses, zones cérébrales. Antonio Damasio

Visualisez votre propre cerveau… et votre douleur disparaît !

N’oubliez jamais que le cerveau est la plus grande pharmacie naturelle de votre corps. Il cherche en permanence à vous soigner.

Mais il peut être dépassé… notamment lorsqu’il est victime de « bug » ou de court-circuit qui l’empêche d’avoir un retour d’information (feedback, en anglais) adéquat. Xavier Bazin

Refusez la douleur, mais accueillez son message

Paradoxalement, il peut être vital d’être conscient de vos douleurs, aussi légères soient-elles.

Soyez attentif à ces petits signaux d’inconfort, et rectifiez ce qui ne va pas (votre posture, votre position quand vous dormez, etc.) avant qu’il ne soit trop tard.

Essayez de penser à faire des « scans corporels » rapides. Dès le réveil, demandez-vous si vous êtes reposé, et essayez de ressentir toutes les composantes de votre corps. Dans la journée, faites plusieurs pauses de quelques secondes pour une rapide vérification : avez-vous des tensions, des douleurs ?

La douleur est tout sauf inconsciente. Votre problème est au contraire qu’elle est là, vive, insupportable.votre corps est en train de vous dire qu’il y a un problème, écoutez-le !

Mais dans ce cas, n’essayez surtout pas de la supprimer sans chercher à comprendre ce qui se passe.

 

Le cerveau néocortical est le siège de réceptions des informations du dessous. Il élabore et agit en fonction de la qualité du tandem des deux cerveaux précédents.

Il est le cerveau du sens que nous donnons aux évènements qui nous arrivent et que nous donnons à nos actions. Il ajoute les explications…

Le troisième cerveau, celui de l’avenir : c’est le cortex. Il est développé chez l’homme au niveau des aires orbito-frontales. L’homme est très fier de son front droit, derrière lequel se cachent des masses nerveuses qui sont ce qu’on appel un cerveau associatif… C’est un processus imaginatif. Henri Laborit

Justifier, expliquer, donner sens et valeur à nos actes, créer des histoires et des objets, « fictionner » (L.Naccache) voilà ce que sait très bien faire le cerveau néocortical…

 

Le cerveau limbique enregistre, donne accès aux apprentissages et permet le processus de mémorisation.

Grâce à lui, l’être a maintenant accès à des informations qui ne sont plus du présent mais du passé.

Ce second cerveau est le cerveau du passé : celui là se transforme au fur et à mesure de l’expérience. Il garde des traces de ses expériences et c’est ce qui fait que vous vous souvenez encore d’un visage même disparu depuis de longues années. Ce sont des traces protéiques qui ont transformé nos neurones dans certaines voies particulières. Henri Laborit