Archive | Paul Valéry RSS for this section

Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires. Pierre Dac

Les problèmes des boulangers sont croissants …
Alors que les bouchers veulent défendre leur bifteck ,
les éleveurs de volailles se font plumer ,
les  éleveurs de chiens sont aux abois ,
les pêcheurs haussent le ton !
Et bien sûr , les céréaliers sont « sur la paille ».
Par ailleurs , alors que les brasseurs sont sous pression ,
les viticulteurs trinquent .
Heureusement , les électriciens résistent .
Mais pour les couvreurs , c’est la tuile et
certains plombiers prennent carrément la fuite .
Dans l’industrie automobile , les salariés débrayent ,
dans l’espoir que la direction fasse marche arrière .
Chez EDF , les syndicats sont sous tension ,
mais la direction ne semble pas au courant .
Les cheminots voudraient garder leur train de vie ,
mais la crise est arrivée sans crier gare , alors …
Les veilleurs de nuit , eux , vivent au jour le jour .
Pendant que les pédicures travaillent d’arrache-pied ,
les croupiers jouent le tout pour le tout , les dessinateurs font grise mine ,
les militaires partent en retraite , les imprimeurs dépriment
et les météorologistes sont en dépression .
Amis , c’est vraiment une mauvaise passe,
Même les maisons sont closes…

L’esprit règne, mais ne gouverne pas. Paul Valéry.

Depuis Charles Darwin, nous savons que nous disposons d’une gamme d’émotions dites « fondamentales » ? colère, tristesse, joie, honte… ? qui sont innées et universelles, et remplissent une fonction adaptative précise, leur existence ? dépendent de l’environnement.

De même, notre raison doit partager le pouvoir avec les émotions en matière de conduite de nos existences. L’intelligence émotionnelle réside exactement en cela : un bon usage des émotions. Ces dernières sont de très efficaces signaux d’alarme (la colère pour les frustrations, la peur pour les dangers, la tristesse pour les pertes et insatisfactions, l’envie pour les écarts entre nous et les autres, etc.), mais une fois ce rôle d’alarme accompli, il ne fait pas si bon les laisser continuer à diriger nos existences. Elles sont, selon la formule, de « bons serviteurs et mauvais maîtres »…. Seulement voilà, elles sont un matériau vivant, parfois violent, et gérer ses émotions ressemble en général davantage à l’art ? gratifiant mais risqué ? de l’équitation qu’à celui ? plus paisible ? de la bicyclette…

On sait que ressentir fréquemment des émotions positives est un facilitateur de bonne santé physique, de créativité, d’altruisme, d’autocontrôle, et évidemment une composante importante du sentiment de bien-être subjectif.

Ainsi, l’entraînement aux techniques de méditation de type mindfullness (de pleine conscience), qui constituent en de petits exercices réguliers de maintien de l’attention dans l’instant présent (sans juger, ni anticiper, ni ruminer : juste être là) et d’observation « neutre » de ses états émotionnels, a montré son efficacité.

Tout un courant récent des psychothérapies humanistes et cognitives, intégrant largement des principes de la philosophie bouddhiste, insiste en matière de troubles émotionnels, sur les techniques d’acceptation. Plutôt que de refuser l’expérience émotionnelle (chercher à chasser la tristesse, à nier la frustration ou l’envie, voire à récuser le bonheur pour ne pas souffrir de sa disparition ultérieure), les thérapeutes encouragent alors leurs patients à l’accepter pleinement. Mais seulement en tant qu’expérience, sans y adhérer d’un point de vue jugemental. Exemple : si je me sens triste à la suite d’un revers, accepter et accueillir cette tristesse, en prenant soin de ne pas plonger dans les deux écueils qui seraient, d’une part, d’en faire le socle d’un « embrayage cognitif » (me mettre à généraliser sur mon incompétence, mon sombre avenir, etc.), ce qui serait me soumettre durablement à elle (au lieu de la maintenir à sa place de simple signal d’alarme ponctuel à propos de quelque chose qui ne va pas dans ma vie.

Car le rôle des émotions sur les cognitions est premier, en temporalité et en puissance, comme l’avait remarqué le duc La Rochefoucauld, qui écrivait :  L’esprit sera toujours la dupe du cœur.