archive | ROMANCIERS RSS pour cette section

L’homme le plus heureux est celui qui peut relier la fin de sa vie avec son commencement. Johann Wolfgang Von Goethe

Hier, déjà, je pique-niquais au bord de la rivière située derrière chez moi à un kilomètre à vol d’oiseau peut-être ?

A trois concerts d’oiseaux j’étais convoquée. A ces choeurs alternés, chacun à son tour prenait la relève.

Et que dire de ces odeurs multiples de fleurs sauvages, d’arbres et arbrisseaux qui parfumaient la vallée.

J’écoutais, je humais, dans ce silence tranquille et varié à travers ce soleil tamisé, cette beauté de la nature qui faisait fi de l’actualité présente.

Je me disais, mon Dieu, faites que je ne perde pas cet odorat ne serait-ce qu’un moment à cause d’un virus qui en ce moment circulait à travers les hommes !

Tout du long du chemin, une végétation variée s’épanouissait, et ces orchidées sauvages de couleur violette se dressaient fièrement, dignement.

Puis, j’aperçu, de l’autre côté de la rivière, une prairie ensoleillée, et des souvenirs anciens me remonter.

Je revoyais deux jeunes adolescents, main dans la main marcher le coeur en fête et insouciants, qui profitaient d’une rencontre organisée.

Je respirais ces odeurs printanières inchangées. Ces effluves qui,  bien des années plus tard me rappelais ces doux moments.

Victoire Kephale

 

 

 

 

Mêlons nos souffles, échangeons nos baisers ! que notre amour déborde ! Goethe

Le tantra en pratique

La respiration inversée. Cet exercice amène une profonde intimité. Les deux partenaires s’assoient face à face en demi-lotus et, légèrement penchés vers l’avant, collent presque leurs bouches l’une sur l’autre. De façon continue, pendant que l’un inspire, l’autre expire, chacun respirant l’air de l’autre. Les respirations sont lentes et profondes, et les partenaires demeurent détendus. L’exercice peut durer une quinzaine de minutes. Après un certain temps, à mesure que les respirations se synchronisent naturellement, il est possible de sentir qu’on ne devient qu’un seul souffle.