Archive | MES NOTES ET REFERENCES RSS for this section

Jambes lourdes : cap sur la prévention !

Parmi les sports les plus efficaces pour prévenir et soulager les jambes lourdes :

  • La marche : inutile de se fixer des objectifs inaccessibles, rares sont celles qui font de la randonnée tous les week-ends. Privilégier alors l’exercice quotidien (20 minutes par jour). Pour cela, laissez votre voiture au garage et chaussez vos baskets pour vous rendre d’un bon pas à votre travail et préférer les escaliers à l’ascenseur.
  • Le vélo est également recommandé, car le mouvement de pédalage stimule régulièrement la contraction des muscles des jambes.
  • La natation est aussi un excellent sport contre les jambes lourdes : les battements des jambes dans l’eau favorisent une bonne circulation sanguine.
  • D’autres sports peuvent être pratiqués, comme la danse ou la gymnastique douce.

Privilégiez aussi les aliments riches en antioxydants qui protègent les parois de vos veines. Ils se cachent dans un grand nombre d’aliments. Pour les principaux, les sources sont ainsi très diverses :

  • Vitamine C : poivron, goyave, oseille, citron, orange, kiwi, choux, papaye, fraises.
  • Vitamine E : huile de tournesol, de soja, de maïs, beurre, margarine, oeufs.
  • Vitamine A : foie, beurre, oeufs.
  • Sélénium : Poissons, oeufs, viandes.
  • Zinc : fruits de mer, viandes, pain complet, légumes verts ;
  • Polyphénols (flavonoïdes et tanins en particulier) : fruits et légumes, vin, thé.

N’oubliez pas non plus de boire au minimum 1,5 litre d’eau, cela favorise le drainage des tissus.

Publicités

Muscler ses fessiers n’a pas qu’un bénéfice esthétique. C’est aussi une excellente façon de lutter contre des douleurs de la hanche, du genou ou du dos. Alors, autant faire d’une pierre deux coups.

 Renforcer les 3 muscles fessiers: que des avantages!

Ces fesses sur lesquelles nous passons tant de temps assis ne sont vraiment pas faites pour cela! Elles abritent en effet non pas un mais trois muscles fessiers ou glutéaux:

– au milieu, le grand fessier, le plus puissant des muscles du corps
– au dessus et en bord de hanche, le moyen fessier
– en dessous à la limite de la cuisse, le petit fessier, en forme de banane.
En tonifiant cet important groupe musculaire au centre de notre anatomie, on peut donc gagner illico sur 3 tableaux:

Antidouleur Le grand fessier est très sollicité par le dos et le genou et le moyen fessier par la hanche et le genou aussi.

Dynamisme Pour marcher, courir ou simplement se tenir debout, se lever ou s’asseoir, les fessiers permettent de tenir l’équilibre et d’activer le mouvement dans une bonne position

Psychisme Le muscle donne du volume, de la fermeté et déloge les graisses. Ce qui permet aussi de chasser les complexes aux effets délétères sur le mental, donc la santé!

 

 

Ce que vous faites aujourd’hui peut améliorer tous vos lendemains.

1/Le pont

Dos au sol sur un tapis de gym, jambes pliées, talons près des fessiers. Montez le bassin le plus haut possible sans décoller les épaules. Maintenez 5 à 10sec en contractant abdos et fessiers puis redescendez et remontez avant qu’ils ne touchent le sol. 2 séries de 10.

2/Le balancier

À quatre pattes sur un tapis de gym, en appui sur les avant-bras, dos plat, tête dans le prolongement. Levez la jambe droite, genou fléchi, pied flexe, sans creuser le dos. Stabilisez et faites 5 petits mouvements ressorts vers le haut. Redescendez la jambe sans toucher le sol et recommencez avant de changer de jambe. 10 fois par jambe.

3/Le pas de danse

Debout, une haltère souple enroulée à la cheville. Faites un pas de côté avec la jambe lestée comme pour effectuer un mouvement de danse jazzy, genoux légèrement fléchis. Puis ramenez la jambe à côté de l’autre et recommencez à un bon rythme avant de changer de jambe. 2 à 3 séries de 10 par jambe.

 

Marche dans l’eau : le longe-côte est un véritable sport

Une pratique ancienne devenue tendance.
Depuis des décennies, des pêcheurs à pied traquent la crevette grise avec la technique de la « bichette » : l‘eau à la taille, ils avancent leurs filets dans la mer, pour capturer les animaux.

Quant aux bienfaits physiques, on les ressent dès les premières minutes : le bas du corps est dynamisé, la circulation sanguine relancée. La rando aquatique améliore aussi le souffle, fait travailler l’équilibre et la motricité. Le tout sans peser sur les articulations, grâce aux effets de la pesanteur dans l’eau.

Marcher, c’est bon pour la santé. Et dans l’eau, c’est encore meilleur. Quels que soient votre âge et la saison, jetez-vous à l’eau et découvrez le longe-côte, une activité excellente pour le cœur, le dos, l’équilibre…

Un travail musculaire intense mais doux

Les articulations ne souffrent pas

Un sport pour prendre l’air

Activité conviviale, amusante et tonifiante, le longe-côte est aussi excellent pour renforcer le système cardio-vasculaire et l’équilibre.

On renforce son cœur, ses veines, son équilibre

On tonifie ses muscles et on affine sa silhouette

 

 

 

D’après une étude réalisée par une équipe de l’Université de Madgebourg en Allemagne, l’activité physique permet de garder un cerveau en pleine forme, même en vieillissant.

En vieillissant, certaines structures du cerveau, comme l’hippocampe (impliqué dans la mémorisation et la navigation spatiale), perdent de la matière grise. En effet, le volume de l’hippocampe se réduit de 2 à 3% par décennie, puis de 1% par an à partir de 70 ans.

Heureusement, c’est également dans cette même zone que l’on a découvert la production de nouveaux neurones (neurogenèse), et l’une des méthodes qui aident à accentuer ce phénomène est l’exercice physique.

Cette dernière modifie également, à court terme, le métabolisme de l’organisme en augmentant rythme respiratoire et cardiaque et en améliorant le flux sanguin vers le cerveau. Ce qui engendre une meilleure activité des niches de cellules souches situées près de zones richement vascularisées.

A long terme, l’activité physique augmente également la taille et le nombre des micro-vaisseaux du cerveau, ce qui apporte plus d’éléments nutritifs et d’oxygène aux cellules souches.

Pour obtenir ce bénéfice, l’activité physique doit être aérobie, c’est-à-dire un exercice soutenu de plus de vingt minutes et qui provoque une hausse du rythme cardiaque et respiratoire.