Archive | Les épices anti-âge RSS for this section

L’origan est bien connu des amateurs de pizza. « J’aime saupoudrer mes pizzas d’une pincée d’origan pour ses bienfaits ». Victoire kephale

Les épices anti-âge

Pour prévenir les effets du vieillissement, les antioxydants ne sont pas seulement à rechercher dans les fruits et légumes. Les épices et les herbes en contiennent aussi en quantités non négligeables. Alors à vos aromates !

Toutes les sources d’antioxydants sont bonnes à prendre

5 fruits et légumes par jour… plus quelques herbes et épices devrait-on ajouter. Une pincée de persil par-là, quelques grammes de cannelle par-ci et vous augmentez ainsi vos apports en antioxydants, ces fameuses substances qui ont le pouvoir de neutraliser ou tout au moins de réduire les dommages causés par les radicaux libres.

« Les épices et les herbes sont une aide pour optimiser nos apports et toutes les sources d’antioxydants sont bonnes à prendre », expliquait récemment le Pr Anne-Marie Roussel, spécialiste de la question, lors d’une conférence de presse organisée par Ducros. Le message que la marque sait vendeur – et pour cause, nous sommes de plus en plus sensibles à la relation directe entre alimentation et santé – est relayé à travers une campagne de publicité et l’ouverture d’un site internet où Ducros met en avant 10 herbes et épices sélectionnées pour leur richesse en antioxydants : romarin, piment, cannelle, persil, gingembre, thym, basilic, curry, origan et paprika doux*.

Pourquoi faire le plein d’antioxydants ?
A petites doses, les radicaux libres ne sont en fait pas nocifs. Ils sont même utiles puisque les globules blancs les utilisent pour anéantir les virus. C’est en excès que les radicaux libres sont néfastes pour l’organisme : ils vont altérer les membranes des cellules puis les cellules elles-mêmes. D’où le lien entre radicaux libres, vieillissement accéléré, maladies cardiaques et certains cancers.

Vous comprenez mieux désormais l’intérêt d’une alimentation saine, riche en fruits, légumes, en épices et en herbes. Ces derniers vont en effet vous apporter naturellement les antioxydants (polyphénols, flavonoïdes, caroténoïdes…) dont vous avez besoin pour contrer l’action des radicaux libres.

Conseils pour utiliser herbes et épices

Saviez-vous qu’une cuillerée à café d’origan apporte autant d’antioxydants que 80 g de raisins ? Même utilisées en faible quantité pour rehausser les saveurs de nos plats, les herbes et épices sont dignes d’un véritable intérêt nutritionnel comme le rappelle le Pr Anne-Marie Roussel : « Je ne dis pas que c’est le facteur numéro un ou numéro deux mais l’utilisation des épices et des herbes participe globalement à une stratégie de prévention de pathologies du vieillissement. » Leur consommation aide à prévenir les maladies cardio-vasculaires ou encore le déclin des fonctions cognitives (mémoire, concentration…).

De plus, des études ont prouvé qu’en associant certains aliments à des épices et des herbes, on obtenait un pouvoir antioxydant global supérieur à la somme du pouvoir antioxydant de chacun des ingrédients du fait d’une synergie particulière. On parle d’effet potentialisateur.

Origanplante herbacée vivace au vertus médicinales et aromatiques.

Le mot « origan » est issu du grec ὀρίγανον / origanon, signifiant « qui se plaît sur la montagne », composé de ὄρος / oros « montagne » et γάνος / ganos « éclat, aspect riant » Oros ganos : la joie des montagnes

Originaire d’Europe, l’origan a été exporté au Moyen-Orient. Il est connu et reconnu par les peuples de l’Antiquité pour son goût prononcé, et ses vertus médicinales.

L’origan était reconnu pour deux propriétés, son rôle protecteur et en tant que philtre d’amour : « quelques feuilles dans le repas de l’élu de son cœur ».

UTILISATION INTERNE

L’origan a des propriétés antiseptiques.

Il est utilisé en infusion dans les cas de rhume ou de grippe, et pour stimuler la digestion

Soigne les ballonnements et les flatulences, améliore le transit et soulage les troubles digestifs et intestinaux. Effet apéritif.

UTILISATION EXTERNE

Soigne les plaies, les piqûres et les brûlures, les démangeaisons de la peau (champignons, eczéma, irritations cutanées). Antalgique, il soigne les migraines et les rhumatismes.

Améliore l’état des voies respiratoires en cas d’asthme, de bronchites, de rhumes et de rhino-pharyngites.

L’huile essentielle d’origan est réputée être un antiseptique très puissant, recommandée pour tout type de rhume ou grippe; elle est également un remède contre les douleurs spasmodiques, la fatigue et le stress.

En agriculture biologique, une macération d’origan permet de lutter contre le balanin des noisettes et divers autres curculionidae

Histoire de l’utilisation de l’origan en phytothérapie

D’après la mythologie romaine, c’est Vénus qui aurait conçu l’origan pour soigner les plaies engendrées par les flèches du Dieu de l’amour, Cupidon, tandis que, dans la mythologie grecque, on le dit poussant à profusion sur le mont Olympe. Apportant le bonheur, il fut longtemps utilisé pour tresser les couronnes des mariés ou pour créer des philtres d’amour. Moins gaie mais tout aussi précieuse était son utilisation par les Egyptiens, dans les cérémonies d’embaumement. Au XIIIe siècle, Matteus Platearius, dans son Livre des Simples, en fait une description précise : « divise les humeurs », « fait courir les fleurs » . Cependant, l’utilisation de l’origan comme plante médicinale semble remonter à l’Antiquité grecque, au XIIIe siècle avant Jésus-Christ, où il était prescrit aux malades souffrant de flatulences et de troubles gastriques, puis par Aristote contre les morsures de serpents.