Archive | Méditer RSS for this section

Fabrice Midal le philosophe livre une méthode pour méditer accessible à tous.

Méditer, cela consiste en quoi exactement ?

Méditer consiste à développer une attention délibérée à ce qui est, sans chercher à l’interpréter ou à le modifier d’une quelconque manière. Cela se fait en trois étapes : s’asseoir confortablement, se focaliser sur son souffle en le sentant venir en soi et sortir de soi, et ramener l’esprit à la respiration quand il s’égare.Elle demande en effet d’accepter de pratiquer avec tout ce que vous êtes dans le moment et de faire face, sans les fuir ni les saisir, à vos états d’âme et difficultés.

La sérénité, en pratique, pour Fabrice Midal, c’est :

1. Pouvoir se poser pour mieux s’ouvrir à soi, aux autres et au monde.

2. Être présent à son corps, à son souffle, à son existence en méditant.

3. Accepter de travailler à partir de ce que l’on est : sa souffrance, sa joie, ses doutes, ses difficultés.

4. Retrouver le chemin de son cœur.

5. Se sentir relié aux autres et au monde.

6. Savoir que nous ne sommes jamais tout à fait prisonniers de notre passé et de notre histoire.

7. Comprendre que nous ne sommes pas condamnés à vivre coupés de nous-mêmes, pris par la peur et les urgences diverses.

8. Retrouver une véritable confiance en soi, indépendamment des circonstances.

9. Se découvrir enthousiaste en vivant en conscience dans le maintenant.

10. Cultiver une nouvelle attitude, ni trop tendue ni trop relâchée, grâce à la méditation.

11. Expérimenter encore et encore la méditation.

Publicités

La méditation… Comment s’ouvrir à une dimension plus grande. Fabrice Midal

Méditer : quelle est votre définition de ce mot devenu passe-partout Fabrice Midal ?

Méditer, c’est développer un sens d’attention délibérée dans le moment présent tel qu’il est — attention qui inclut toutes nos perceptions sensorielles, c’est-à-dire l’entièreté de notre être, car nous oublions notre corps... Méditer c’est apprendre à découvrir l’ampleur magnifique et infinie du présent.

Méditer, c’est entrer dans un rapport profond à notre existence pour révéler un sens de présence plus grand à soi, aux autres et au monde, une plus grande bienveillance qui nous guérit de la souffrance, de la douleur et de l’isolement. Méditer, c’est ainsi éclairer, éclaircir, enrichir, éveiller notre vie toute entière.

Méditer ce n’est pas être calme – c’est être ouvert et vigilant, présent dans la plénitude de notre être. C’est ainsi que nous pouvons être en rapport avec ce qu’il appelait de manière absolument magnifique : le présent vivant.

Comment notre souffrance peut-elle nous permettre de prendre confiance ?

Nous croyons souvent qu’en enlevant la souffrance, ou en luttant contre elle, nous allons être heureux et avoir la paix. C’est une idée profondément agressive ! Nier la souffrance pour essayer d’atteindre le bonheur ne donne pas le bonheur. Reconnaître la souffrance, la difficulté, nos parts d’ombre, c’est ce qui donne un sens réel de plénitude. C’est complètement déconcertant ! Ce que nous apprend la méditation, ainsi que toute voie spirituelle, c’est qu’il faut entretenir un rapport de douceur avec nos souffrances.

La méditation nous invite à une présence et non à une succession de moments. Le passé est là comme mémoire vivante et non comme ressassement. L’avenir est là comme ouverture et non comme anticipation. Et ce rapport au temps est lié à l’espace.

Dans la tradition bouddhique,ils disent que l’espace et l’esprit sont inséparables. Quand on regarde la grandeur du ciel, notre esprit est aussi vaste que lui.  Dans les moments de méditation où il y a une forme de détente profonde et d’ouverture…Comme dans l’amour : ceux qui sont loin géographiquement, nous sont pourtant proches.

La méditation est en quelque sorte une forme d’éthique primordiale : apprendre à écouter la plénitude et la vérité de notre être pour la laisser irradier.

Mon engagement dans la méditation, je le pense comme un engagement politique. Je crois que la méditation est aujourd’hui la dernière grande chance révolutionnaire pour notre temps. Parce qu’il s’agit en méditant de cesser l’attitude de vouloir tout contrôler et tout dominer. C’est le problème majeur de notre monde !

Etre créatif, c’est essayer de trouver le possible inattendu… Ca signifie être ouvert à l’inconnu qui se cache dans le moment présent et que je ne vois pas. La méditation, c’est aussi l’art de la créativité ! Sortir d’un état de crispation où nous voulons que l’instant futur soit exactement comme nous voulons le voir, et accepter de jouer et danser avec l’inattendu.

La méditation, un outil efficace pour diminuer votre stress. Stephan Kaenel

Comment la méditation peut réduire votre stress

Des études qui ont été menées, ont prouvé scientifiquement que le taux de cortisol chez l’être humain indiquait aussi précisément le niveau de stress.

Ce qui signifie que plus notre taux de cortisol est élevé,  plus nous devrions réduire notre stress. En Orient, le stress semble moins répandu et ce, malgré la pauvreté de plusieurs pays et/ou sociétés politiques.

La méditation se trouve en tête des activités aidant le taux de cortisol à faiblir parce qu’elle permet de ralentir la pression artérielle sans effort.

Plus votre méditation sera profonde et assidue, plus faible sera votre niveau de stress.

Puisque le stress est également responsable d’une certaine perception négative de toutes choses, les gens qui s’offrent la méditation de façon stable affrontent beaucoup mieux les obstacles de la vie grâce à une attitude nouvelle résultant de cette réduction de stress.

Comment méditer ?

C’est simple et compliqué à la fois.

Simple, parce que méditer se résume à s’asseoir, à s’installer pour plonger progressivement dans le calme en portant son attention vers l’intérieur, et en focalisant son esprit.

Compliqué, parce que méditer demande de prendre une décision : celle de pratiquer de manière régulière, de trouver un moment pour soi, de chercher un endroit calme pour le faire.

Mais notre agenda surchargé, notre paresse et notre mental en mode « bavardage » sont des obstacles qui sont souvent infranchissables si on ne décide pas, à un moment donné, de s’accorder du temps pour notre bien-être.

Méditer, c’est tout d’abord rentrer en relation avec le corps, par l’attention focalisée sur la respiration, sur le corps et sur les pensées, pour ensuite l’oublier.

POURQUOI MEDITER ?

La méditation est efficace :

–  Contre l’anxiété, le stress

– Vient en prévention de la dépression

– Soulage l’inflammation (douleurs chroniques)

– Régule la tension artérielle

– Retarde ou évite le passage au traitement médicamenteux…

La méditation permet aussi  de guérir des trahisons affectives et d’abus, de préjudices, de maladies et de traumatisme.

Cela nous permet de nous tourner vers ce qui en nous est blessé…  (support CD de Jack Kornfield)

De développer, tendresse et chaleur envers soi, ses proches et les autres dixit Fabrice Midal    

La méditation stimule le cortex préfrontal gauche en lien avec les pensées positives dixit le psychologue Hoenner      

 Lorsqu’on s’exerce à vivre des phénomènes heureux, la région frontale gauche du cerveau est plus active et celui-ci est plus apte à générer du bonheur dixit Jean-Marie Delecroix

Nouveau une variante à la méditation  : la pleine conscience (ici et maintenant)

La pleine conscience initiée par John Kabat-Zinn a fait ses preuves contre :

– Le stress

– L’anxiété

– Les douleurs chroniques

– Les rechutes dépressive

– problèmes de sommeil

Les effets sont bénéfiques sur le cerveau  : elle développe la connexion de neurones

La pleine conscience c’est être attentif à l’instant présent.

Car on est rarement complètement dans ce qu’on fait : mon esprit est souvent ailleurs.

Etre attentif aux odeurs, aux sensations, aux bruits (chant des oiseaux).

Focaliser ses cinq sens sur l’instant est un exercice de pleine conscience.

L’objectif est d’apaiser le mental à long terme…

Peut se pratiquer n’importe où et de préférence vingt minutes quotidiennes en position assise

Mais aussi en marchant : c’est la méditation active. Se référencer au livre  » Marcher, méditer » de Michel Jourdan et le docteur Jacques Vigne

« La méditation, c’est vivre dans la liberté inconditionnelle et dans la relaxation de l’innocence. C’est aussi se trouver relié à toute chose par la grâce de l’indescriptible beauté de cette innocence. »

Vimala Thakar