Archive | Moment présent RSS for this section

Le Pouvoir du Moment Présent : l’observation et l’attention Moment-présent de Stephan Kaenel

Chaque fois que nous laissons nos pensées vagabonder dans notre esprit, nous sortons de l’instant présent.
Pour nous en rendre compte, nous n’avons qu’un seul moyen : l’observation de nos pensées.

Mais lorsque vous êtes pris dans vos activités journalières, vous ne pouvez pas y arrivez, tout du moins, pas au début.

Pour cette raison. qu’il est recommandé de choisir un endroit calme pour s’entraîner à cela. Toutes les méthodes d’observation des pensées sont valables, mais la plus efficace semble être la méditation.

Ainsi, tel un sportif ou un musicien, vous ne pourrez maîtriser cette pratique que par l’entrainement, la persévérance et la discipline.

Ce qu’il faut retenir, c’est que « nous sommes à l’origine de nos souffrances » et que « l’important n’est pas ce qui vous arrive, mais ce que vous faites de ce qui vous arrive »

Mais à aucun moment nous ne devons culpabiliser. Nous ne sommes pas coupable de notre situation, car la culpabilité sous entend que nous avez fait quelque chose de mal.

Le sujet que vous allez découvrir maintenant est inspiré de plusieurs sources, dont le livre d’Eckhart Tolle : le pouvoir du moment présent.

Dans la phrase : « JE suis responsable de ce qui m’arrive », nous parlons d’un « JE » ou d’un « MOI » auquel nous nous identifions.

Vous risquez d’être surpris de savoir cela, mais n’êtes pas ce «Moi » !!

Ce Moi est en réalité votre propre perception de vous-même, au travers des expériences que vous avez eu dans votre vie.

Ce Moi est créé, fabriqué par votre mental n’existe pas réellement, c’est une illusion, mais vous n’êtes pas ce moi et nous allons voir pourquoi.

Avez-vous déjà observé quelqu’un dans la rue qui se parle à lui-même à haute voix ?

Le prenez-vous peut-être pour un fou ?

En fait, vous n’êtes pas si différent de lui, sauf qu’au lieu de parler à haute voix, vous écoutez cette voix qui vous parlent sans cesse….en pensant qu’il s’agit de vous…

Mais d’où vient alors cette idée que vous êtes cette voix qui se manifeste grâce aux pensées ?
« c’est votre mental, votre esprit qui émet ces pensées, mais pas vous »

Ce mental fait pourtant bien partie de vous, c’est bien vous qui pouvez le faire fonctionner, alors comment peut-il de manière presque autonome émettre des pensées sans avoir votre autorisation ?

C’est bien là tout le problème. Vous avez hérité d’un corps, d’un cerveau et le mental fait partie des outils à votre disposition pour vivre cette merveilleuse expérience qu’est la vie.

Mais cet outil peut être comparé à un ordinateur. Il enregistre tout ce qui se passe durant votre journée, puis la nuit, procède au classement de toutes ces informations, qu’il va mettre en mémoire sur votre disque dur : votre cerveau.

En traduisant vos expériences par des mots, par des concepts, il va répertorier tout ce que vous avez vécu, ainsi que les émotions qui y sont rattachées, en deux catégories : en bien ou en mal.

Son objectif de départ est simple : il souhaite vous permettre d’éviter de commettre plusieurs fois les mêmes erreurs, vous aidant ainsi à éviter les dangers. En bref, il agit pour votre survie.

Mais votre mental n’est qu’un outil que vous avez à disposition pour vous permettre d’avancer dans votre évolution personnelle. A aucun moment, il ne devrait prendre le pouvoir sur vous.

A aucun moment, vous ne devriez lui permettre de décider à votre place.

Et pourtant, c’est ce qu’il fait.

Parce que vous lui en donnez le pouvoir.

Comment ?

En ne faisant plus qu’un avec lui, en vous identifiant à lui. De ce fait, tout ce qu’il ressort de votre mémoire, vous le prenez comme une vérité absolue et immuable.

C’est ainsi que vous êtes persuadé que vous êtes comme ceci ou comme cela.

  • Je SUIS timide
  • Je SUIS anxieux
  • Je SUIS dépressif
  • Je SUIS malade

Vous n’êtes ni timide, ni anxieux, ni dépressif, ni malade…..ce sont de fausses croyances auxquelles votre mental tente de vous faire adhérer. Ce ne sont que des états dont vous faites l’expérience, ici et maintenant.

Pourquoi fait-il cela ?

Pour lui permettre d’exister.

Vous avez certainement déjà entendu parler de l’EGO. De qui s’agit-il en réalité ?

En fait, votre mental nourrit votre Ego de cette manière. Votre Ego veut survivre, il veut exister, mais cela n’est pas possible dans l’instant présent.

Ainsi, votre mental se soucie du passé, s’inquiète de l’avenir, crée des souffrances en vous et permet à votre Ego de grandir, d’exister et parfois, il prend le pouvoir sur votre vie.

Mais dans le moment présent, il perd totalement son emprise sur vous.

Pour vous en rendre compte, il vous suffit de revenir dans l’instant présent et il y a un moyen très simple pour savoir si vous y êtes.

Observez vos pensées. Avez-vous conscience de ce flux constant et êtes-vous capable de simplement l’observer pour ce qu’il est réellement, à savoir un phénomène impermanent ?

Si vous ne nourrissez pas vos pensées, celles-ci vont simplement apparaître puis disparaître dans votre champ de conscience

Vos pensées ne sont, à l’origine, ni négatives, ni positives, elles ne sont que le rayonnement de votre être, comme les rayons d’un soleil.

Si vous êtes dans l’instant présent, vous pouvez plus facilement les accueillir pour ce qu’elles sont : des manifestations de votre esprit.

Après, toute la question est de savoir ce que vous allez en faire….car c’est là que vous pouvez les transformer en quelque chose de positif….ou de négatif.
La méditation est parfois considérée comme une technique spirituelle, réservée aux sages bouddhiste pour atteindre l’illumination, mais ce n’est pas le cas, elle est à la porté de tous :

« La méditation, c’est simplement « éveiller  » son attention en observant les faits tels qu’ils sont réellement.

Sans jugement, car le jugement est une production du mental, un mental qui nous manipule si on s’identifie à lui…. »

La méditation permet de calmer le mental, d’en faire un ami.

La vie est simple, c’est le mental qui complique tout, à tout vouloir comprendre, analyser, comparer, alors de l’âme ne cherche qu’à vivre l’instant présent, faire l’expérience de…. »

Pour faire cet exercice, choisissez un endroit calme, où vous pourrez faire cet exercice sans être dérangé.

Vous pouvez le faire soit assis confortablement, soit couché.

Fermez les yeux et focalisez votre attention sur une partie de votre corps, peu importe laquelle, puis observez là, avec vos sensations.

Chaleur, picotement, vous sentirez peut-être le sang qui circule dans cette partie du corps.

Restez ainsi calme et observez si des pensées apparaissent. Si c’est le cas, ne les alimentez pas, laissez-les venir …..puis disparaître.
Amusez-vous avec cet exercice, ce n’est pas une compétition, il n’y a pas de résultat bon ou mauvais à obtenir, il vous suffit juste d’en faire l’expérience.

Vous pouvez refaire cet exercice tant de fois que vous le désirez. Sachez simplement qu’à chaque fois que vous portez votre attention sur vos pensées, sans les nourrir, alors vous êtes dans l’instant présent.

Le Pouvoir du Moment Present : Prise de conscience de la realite Moment-présent. Stephan Kaene

Le moment présent possède un grand pouvoir, celui de vous faire revenir dans la réalité.

Mais qu’est-ce que la réalité ?

Découvrez les causes de votre souffrance pour mieux vous en libérer

Si vous avez bien réalisé que lorsque vous pensez à autre chose, vous pouvez changer la manière dont vous vous sentez, vous avez compris que ce n’est pas le problème en lui-même qui crée votre souffrance, mais le fait que vous y pensiez.

On pourrait dire que la cause de votre souffrance, c’est plutôt votre attachement à votre propre perception du problème que le problème en lui-même.

Il y a joli dicton qui résume ceci :

                    « l’important, ce n’est pas ce qui vous arrive,

                  mais ce que vous faites de ce qui vous arrive »

Le Pouvoir du Moment Présent : l’acceptation et le lâcher-prise. Stephan Kaenel

Voyons un extrait  « Le pouvoir du moment présent d’Eckart Tolle » :

« Aussi longtemps que le mental, ou l’ego, mènera votre vie, vous ne pourrez vous sentir vraiment à l’aise, être en paix ou comblé, sauf pendant de brefs moments, quand vous aurez obtenu ce que vous vouliez ou qu’un besoin aura été satisfait.

 Puisque l’ego cherche à s’identifier à des objets extérieurs, il a un constant besoin d’être défendu et nourri.
 
Les choses auxquelles il s’identifie le plus communément sont vos biens matériels, votre statut, la reconnaissance que vous obtenez, les connaissances que vous accumulez, votre apparence physique, vos aptitudes particulières, vos relations, votre histoire personnelle, vos systèmes de croyances, qu’elles soient religieuses, politiques, raciales…..

Vous n’êtes rien de cela.

Le renoncement à toutes ces croyances n’est pas si simple, il ne vient qu’avec la pratique

Lorsque vous êtes dans l’instant présent vous ne donnez plus de pouvoir à votre ego.

Celui-ci est effrayé, car il craint par dessus tout de disparaitre.

Pour l’ego, le moment présent n’existe pas, car seul le passé et le futur lui permettent d’exister.

Ainsi, si vous nourrissez l’espoir d’être heureux en relation avec un évènement futur, c’est en réalité votre égo qui se projette dans le futur, pour survivre.

A chaque fois que vous vous préoccupez du présent, vous ne le faites qu’en rapport avec le passé ou le futur. Mais vous n’êtes pas dans le présent, c’est votre mental qui vous fait croire cela.

Si vous désirez connaître le secret de la libération, vous le trouverez uniquement dans l’instant présent.

Vous ne pourrez pas vous y retrouver tant que vous serez identifié à votre mental.

Lorsque vous êtes dans le présent, l’étape suivante consiste à lâcher prise sur tout ce que le mental vous a fait croire, puis simplement à accepter ce qui est.

Accepter ce qui est , c’est aussi accepter :

L’ami qui vous a trahit, menti, l ’inconnu qui vous a fait du mal, le patron qui vous a licencié le conjoint qui vous a trompé, vous a laissé tombé ou ne vous aime plus

Comment pouvez-vous accepter ces faits ?

Par le pardon, la compassion et l’empathie

En réalité, ces notions ne sont pas toujours comprises.

Le pardon ne consiste pas à adhérer à tout ce que l’autre à fait

L’acte de pardonner sert à vous libérer de votre attachement à ce qui s’est passé

Le pardon, vous le faites pour VOUS !

Il vous permet de continuer votre chemin en paix, sans souffrir inutilement de ce qui s’est passé, car de toute manière, vous ne pouvez pas changer ce qui s’est passé.

Ceci n’empêche pas que celui qui a commis un délit, doit en assumer la responsabilité.

Celui qui vous a fait du tord, par exemple en vous volant une partie de vos biens, doit assumer ses actes.

Vous devez bien entendu agir pour cela.

Mais vous ne devez pas le faire dans un désir de vengeance, car si vous le faites dans ce but, même si le voleur se fait prendre, vous ne serez pas libéré pour autant de votre haine.

Et ce n’est pas son acte qui vous fait souffrir, c’est la haine que vous nourrissez à son égard….vous avez l’entière responsabilité de votre souffrance lorsque vous la créez volontairement ou inconsciemment.

Liberons nos souffrances grâce au pouvoir de l’instant présent. Stephan Kaenel

Réflexions de Stephan Kaenel :

N‘avez-vous pas le sentiment que les journées passent de plus en plus vite et que vous n’avez plus le temps de faire tout ce que vous avez à faire ?

Nous vivons à un rythme beaucoup plus élevé qu’il y a une vingtaine d’année et il y a une bonne raison à cela : la course folle à la performance, la recherche continuelle de la croissance économique, l’obligation d’atteindre des objectifs de plus en plus ambitieux….
Même si nous avons fait des progrès considérables dans de nombreux domaines qui nous permettent notamment aujourd’hui de vivre bien plus longtemps qu’il y a quelques années, même si nous sommes de plus en plus capable de rationaliser notre temps et notre travail pour obtenir de meilleurs résultats en moins de temps, tous ses efforts ont un prix.

Les gens sont de plus en plus fatigués, stressés, victimes d’angoisses. Ils craignent l’avenir et sont pessimistes sur ce que le futur leur réserve.

Une vraie souffrance touche toutes les couches de la population. Cette souffrance pousse chacun à rechercher le bonheur, souvent par des plaisirs éphémères comme la nourriture, les biens matériels, le sexe, les sensations fortes…

Parfois nous tentons d’enterrer cette souffrance par d’autre moyen qui nous font oublier ce que nous vivons : les médicaments, l’alcool, les drogues…..

Tout ceci ne fait qu’augmenter notre mal-être, nous culpabilisons de ne pas être parfait, de succomber à la tentation de plaisirs qui ne durent qu’un temps…

La souffrance s’accentue….et la maladie fait son apparition.

Heureusement, à chaque problème, il y a une solution. Vous pouvez vous libérer de cette souffrance, c’est tout à fait possible et c’est même recommandé !

Votre souffrance à une bonne raison d’exister, elle vous signale qu’il est temps de changer quelque chose, il est temps pour vous d’agir.

Vous devrez peut-être interrompre votre lecture pour y laisser place à un moment de réflexion et pouvoir méditer sur ce que vous venez de lire.

Comment pouvez-vous être présent, ici et maintenant…..alors que vous vivez dans un monde rempli d’incertitude et d’insécurité….?

Votre passé peut-il, et doit-il, être totalement effacé de votre mémoire ?

Non, car il a bien existé une fois et a eu une influence ce que vous êtes aujourd’hui.

Pour mieux comprendre comment vivre l’instant présent en tenant compte du passé et du futur, Eckhart Tolle a une jolie manière d’aborder la notion du temps et le divise en deux : le temps-horloge et le temps psychologique.

Vous utilisez le temps-horloge lorsque :

Vous devez planifier des évènements futurs comme l’heure à laquelle vous devez vous lever, à laquelle vous devez aller travailler.

Vous vous fixez un objectif et vous prévoyez les différentes étapes pour y parvenir.

Vous allez puiser dans votre mémoire pour rechercher une information, comme par exemple une erreur que vous auriez commise et que vous ne désirez plus refaire.

Vous utilisez le temps-psychologique lorsque :

Vous craignez ce qui va se passer demain, de la surcharge de travail que vous allez avoir et du manque de temps dont vous allez devoir faire face

Vous vous fixez un objectif et vous vous focalisez uniquement sur un résultat précis que vous espérez atteindre comme la réussite matérielle, la reconnaissance, le bonheur futur, dans l’espoir d’atteindre

Vous pensez à l’erreur que vous avez faite et vous commencez à vous reprocher de façon continue de l’avoir faite, si vous éprouvé de la culpabilité, du remord, que vous nourrissez ces pensées sans cesse, alors vous entrez dans la notion de temps-psychologique.

Le temps est l’instrument de votre négativité, de votre souffrance, car les inquiétudes liées à l’avenir et les souffrances liées au passé sont créées par votre mental et elles sont inutiles, puisque seul le moment présent existe !

Si vous pensez que votre objectif de vie est d’atteindre, de devenir ou d’accomplir quelque chose, nous y parviendrez jamais pour une bonne raison : vous êtes déjà dans votre objectif de vie.

Vous ne pouvez pas vous libérer de vos souffrances dans le futur, car le seul moment où vous souffrez, c’est dans le présent.

Rien ne s’est jamais produit dans le passé : cela s’est produit dans le présent.

Rien ne se produira jamais dans le futur : cela se produira dans le présent.

Les problèmes ne sont que des illusions du mental, car dans le présent, il n’y a pas de problème.

Que faire en cas de problème, s’il n’y a pas de problème ?

Chaque problème est en réalité une situation provisoire et non permanente à régler. Christian Godefroy

Soit vous pouvez la régler de suite, soit vous ne pouvez rien faire pour le moment et vous n’avez de choix que de l’accepter telle-quelle.

Tout change tout le temps, votre situation pourra même parfois se régler par elle-même.

C’est donc totalement inutile de vous en inquiéter….

Même si vous devrez faire quelque chose dans quelques jours, vous n’avez pas à vous inquiéter non plus.

Lorsque vous entreprenez quelque chose, observez si vous ressentez de la joie, de l’aisance et de la légèreté.

Si ce n’est pas le cas, c’est que le moment présent est passée en arrière-plan et votre vie est perçue comme un combat ou un fardeau.

Accordez-vous plus d’importance au résultat, qui se trouve dans le futur, qu’à l’action qui se trouve dans l’instant présent ?

Accordez l’attention la plus totale à tout ce que l’instant présent peut vous offrir, en acceptant totalement ce qui est.

En effet, si vous y résister, vous ne pourrez pas y accorder votre entière attention.

La joie et la facilité sont de retour dès que vous honorez le moment présent.

Vivre corporellement dans le présent

Le carpe diem n’est pas une pensée, mais une pratique : vivre l’instant présent, c’est s’y sentir physiquement inscrit. La pratique du sport, la marche, les exercices de relaxation, la maîtrise de sa respiration, l’éveil des sens… Toutes ces activités permettent de se réapproprier son corps et de prendre pleinement conscience de son existence dans l’ici et maintenant.

Créer
La création artistique permet de s’inscrire dans le temps. L’objet que l’on peint ou sculpte porte la marque d’un progrès auquel on peut se référer pour prendre conscience de sa propre évolution. La création est également un moyen efficace de reprendre confiance en soi : elle nous fait découvrir que l’on peut produire de la nouveauté

Lister ses peurs
Il est impossible de prévoir et de se prémunir contre tous les risques que l’on encourt lorsque l’on fait des projets. Mais lister ses peurs, même les plus futiles, permet d’avoir une vision plus claire et moins angoissante de l’avenir. On ne l’envisage plus alors sous le coup de l’émotion mais de la raison.

Se libérer du passé
La nostalgie dépend d’une tendance naturelle à idéaliser le passé. L’endroit, l’ambiance, les sensations associées au souvenir sont magnifiés. Revisiter les lieux qui nous hantent peut nous libérer de l’image idyllique que l’on en a gardé. Dans certains cas, ce sera aussi l’occasion de régler ses comptes avec d’autres éléments de ce passé et de repartir sur des bases saines.

Carpe Diem Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain. Horace

Carpe diem Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain Horace

C’est une chose si douce que les fleurs, que ce n’est point assez encore d’en être entouré, on veut en jouir de plus près, et, quelque part qu’on en trouve, fleurs des champs, fleur de jardins, l’instinct de l’enfant, de la femme et de l’homme est de les arracher à leur tige et d’en faire un bouquet dont le parfum les suive et dont l’éclat soit à eux.
Alexandre Dumas