Archive | juin 2015

« Ces adultes qui reviennent à leur amour de jeunesse ». Je confirme tout ces propos et toi mon Amour ? Victoire Kephale

Autrefois, l’amour de jeunesse faisait partie des souvenirs sacrés. Une illusion intacte. Un regret, parfois.

En réalité, même si chacun a fondé un foyer, l’amour de jeunesse n’est pas éteint.

« Quand ils se revoient, leur mariage paraît une parenthèse », analyse le thérapeute de couple Philippe Brenot.

Se revoir après de longues années provoque un choc émotionnel, affirme le Pr Lesley Verhofstadt

Le mythe de l’éternelle jeunesse

Retrouver son premier amour, c’est aussi se donner le pouvoir d’effacer, d’un coup, dix ou vingt ans, comme en témoigne Marie. Ce fut quelque chose de fulgurant qui, depuis trois ans nous utilisons tous les moyens possibles pour passer du temps ensemble. Je souhaite à toute femme de vivre une telle intensité, un amour d’une beauté pure comme à l’adolescence. Je ne sais plus si je suis dans un rêve ou dans la réalité. J’ai maigri, je refais du sport, j’ai retrouvé mes 16 ans ! » Mariés, avec des enfants, ils se retrouvent d’abord timidement. Se revoient. Maintenant, ils ont «tout lâché» pour assouvir leur amour contrarié.

Les retrouvailles donnent un sentiment de régénération, comme si l’on pouvait être éternellement jeune, quasi immortel. D’ailleurs, cette nostalgie du premier amour ne germe pas à n’importe quel moment dans une existence : « Cela arrive le plus souvent lorsqu’un individu éprouve un sentiment d’échec dans sa vie présente et qu’il se prend à croire qu’il serait possible de tout recommencer à zéro, remarque Alain Héril.

Comme à l’adolescence,  tout est possible. Les relations amoureuses tardives sont sur le même mode que ces amours de jeunesse. C’est sans doute lié aux derniers temps de la vie, de la libération des contraintes et donc à une insouciance qui refait surface.Christiane Joubert

 

Publicités