Archive | CITATION SUR LA DANSE RSS for this section

Le tango est une pensée triste qui se danse. Enrique Santos Discépolo compositeur

Histoire :

Danse de la passion et de la mélancolie à la fois, le tango dans ses multiples courants donne l’image d’un jeu incessant entre les partenaires. Le courant argentin gagne de nos jours de plus en plus en popularité et propage de ce fait une image du tango qui n’a pas toujours été telle… Le tango attire par son mystère et la passion dévorante qui règne entre les danseurs au point qu’on ne sait plus s’il s’aiment ou s’il se détestent dans un tourbillon de mélancolie que le bandonéon participe à créer.

Le tango est né à la fin du XIXe siècle en Argentine et en Uruguay , dans les quartiers populaires de Buenos Aires et Montevideo. L’immigration européenne massive, surtout espagnole et italienne, va apporter des musiques, des mélodies, des rythmes qui vont rencontrer un phénomène rioplatense récent, la milonga.

La milonga se diffuse dès le milieu du XIXe siècle dans les faubourgs de Buenos Aires. Mélangeant le rythme musical afro-uruguayen candombe (work song rythmé que chantent les esclaves noirs africains) et la habanera cubaine, la milonga est à la fois chant et danse populaires aux accents parfoismélancoliques mais malgré tout entraînants, profonds et animés. Elle permet aux hommes venus chercher fortune, très nombreux pour un nombre de femmes très limité, de se mettre en concurrence. Du fait de la rareté des femmes, mais aussi de la société masculine dont elle participe très vite, elle se danse essentiellement entre hommes.

Les influences européennes multiples et le développement de la danse comme compétition de séduction vont en faire un loisir chargé d’enjeux. Le tango se construit comme codification progressive de passes, de rythmes, de brisures, de l’unification culturelle d’une population dont la diversité est source de tensions…

Origines :

À la fin du 19e siècle, de nombreux immigrants débarquèrent en Argentine principalement en provenance d’Italie et d’Espagne et se mêlèrent à la population autochtone. Ainsi, divers styles de musiques (et leurs danses associées) de sont mélangées pour donner le tango Argentin : habanera cubaine, contradanza espagnole, candombé africaine, mais surtout la milonga argentine.

La plupart des immigrants vers l’Argentine étaient de jeunes hommes qui eurent vite fait de dépasser en nombre les jeunes filles. Il leur apparut nécessaire de devenir de bons danseurs pour gagner les faveurs des filles et en particulier dans des établissements où il était possible de louer la compagnie des serveuses pour danser… ou plus dans certains cas. C’est ainsi que la danse tango naquit et évolua selon les échanges de techniques de guidage et de figures que les hommes réalisaient en l’absence d’école de danse.