Archive | Le vélo RSS for this section

Le vélo est un sport de qualité pour la santé à partir du moment où il est pratiqué sans excès.

« Les bienfaits d’une activité physique prudente et régulière sur la santé, et aussi sur l’équilibre de vie, sont abondamment et scientifiquement démontrés de longue date. Pratiqué sans excès, le cyclotourisme mêlant découverte, sport-santé et convivialité est considéré comme l’activité physique reine adaptée à tous. » Yves Yau, médecin fédéral (2014)

Pour mieux développer ses propres capacités, l’individu fixe ses objectifs, dose son effort, évalue ses progrès. Dans ce contexte, le vélo santé est considéré comme un « remède médical », encouragé dans de nombreux cas par les médecins traitants.

Le « Cyclotourisme Sport-Santé » est un art de vivre qui permet d’être à l’écoute de son corps, de ses rythmes et de ses besoins, de ses émotions. Respirer, pédaler, découvrir, échanger, apprendre : plus qu’une simple activité physique, c’est aussi un moment privilégié pour recevoir et partager des conseils de bonnes pratiques.

Le vélo est un sport de qualité pour développer l’endurance aérobie ( c’est à dire celle qui a besoin d’oxygène )  et la force musculaire des membres inférieurs sans avoir les inconvénients de porter son corps et donc de solliciter de manière trop importante son rachis.

  • c’est un sport assis, porté : cela signifie que le poids du corps est porté par le vélo (essentiellement au niveau de la selle) ce qui conduit à protéger le rachis, c’est-à-dire la colonne vertébrale
  • c’est un sport qui sollicite très fortement au système cardio-vasculaire : le cyclisme de compétition a un impact sur le cœur et la capacité cardio- respiratoire
  • la demande énergétique majore de plus d’un tiers le niveau de l’exercice pratiqué lorsque l’on pédale en danseuse.

Un effort à haute dose, en fréquence ou en intensité, est même associé à une meilleure santé physique et mentale. «Chez les athlètes professionnels, comme chez les sportifs amateurs assidus, le fait de repousser sans cesse ses limites s’associe à un gain en qualité et en durée de vie, en dépit du risque de mort subite et d’accident lié à l’activité», a expliqué jeudi (avril 2012) le Pr Jean-François Toussaint, directeur de l’Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport (Irmes). Deux études de l’Irmes consacrées aux sportifs professionnels qui seront bientôt publiées vont dans ce sens.

Le conseil minimal reste donc d’avoir une activité d’intensité modérée: pendant 30 minutes cinq fois par semaine ou une activité intense trois fois par semaine pendant 20 minutes. Au-delà, il semble qu’il y ait ce que les scientifiques appellent une relation dose/effet, c’est-à-dire que plus on fait de sport et plus le bénéfice est grand.

Car l’activité physique permet de lutter contre les phénomènes liés à l’âge, en particulier le vieillissement de l’organisme qui peut se manifester par exemple par une diminution de la capacité respiratoire ou de la force musculaire. Il est aussi fréquent de réduire son activité au fil des ans, même si certains seniors sont plus actifs que des gens plus jeunes. Dans tous les cas, des programmes d’activité permettent d’augmenter les capacités pulmonaires et musculaires de 20 à 30 %.

En résumé :

  • Réduction des risques cardio-vasculaires. D’après plusieurs études publiées par le British Medical Journal, 1/2 heure de vélo par jour permet de diminuer par 2 ce risque.
  • Développement l’endurance cardiaque, meilleure oxygénation des muscles des jambes avec en résultat une baisse significative du taux de cholestérol, de l’hypertension artérielle et de la glycémie.
  • Meilleur métabolisme. Comme tout exercice physique modéré et régulier, la pratique du vélo facilite la digestion, l’irrigation du cerveau, le maintien musculaire.
    De ce fait, avec une pratique fréquente du vélo, la réduction du potentiel physique est inférieure à 5% par décennie après 30 ans, alors que pour un sédentaire elle est supérieure à 10%.
  • Développement neurosensoriel. Grâce au contact avec l’environnement, le cycliste développe son ouïe (spectre sonore varié), sa vue (champ visuel sans contraintes), son toucher (accélérations et décélérations non subies), son odorat (respiration soutenue).
  • L’activité physique améliore la tolérance au stress.
  • Une activité physique régulière est recommandée par les médecins pour prévenir l’ostéoporose.

Se déplacer à vélo ne fait pas mal au dos, si le vélo est bien adapté à la morphologie du cycliste. Les personnes âgées pratiquent plus volontiers le vélo que la marche, car, ainsi, elles n’ont pas à supporter leur poids.

LE CYCLISME FAVORISE LA RELAXATION

Enfourcher son vélo permet aussi de diminuer la tension nerveuse et l’anxiété, à l’origine de la sensation de stress. L’activité physique entraîne en effet la production d’endorphines, (substances produites par certaines cellules du cerveau aux propriétés calmantes et euphorisantes), procurant ainsi une sensation de détente psychique et de bien-être. Enfin, le vélo constitue un excellent somnifère quand il est pratiqué à bon escient. Une sortie adaptée à ses capacités laissera une sensation de fatigue physique très agréable, facilitant ainsi un sommeil sain et réparateur.

Publicités