Archive | COMMENT GERER SES EMOTIONS RSS for this section

Nous sommes ce que nous pensons. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde. Bouddha

Publicités

Le pouvoir des câlins : leurs bienfaits sur notre santé

Les bienfaits émotionnels des câlins

Différentes études scientifiques affirment qu’un câlin peut libérer des endorphines qui proviennent de notre cerveau et qui ont de grands pouvoirs curatifs. D’un autre côté, prendre quelqu’un dans ses bras est considéré comme une excellente thérapie qui génère du bien-être, qui réduit la pression artérielle et qui peut également soulager les douleurs menstruelles. Cela aide également à diminuer les maux de tête, à réduire l’anxiété, le stress et la dépression, à renforcer l’estime personnelle, à calmer les nerfs, à affaiblir le sentiment de solitude, à guérir l’insomnie, à vaincre la peur, à stimuler les sens, à apporter de la joie et à adoucir l’âme. Beaucoup de personnes affirment également que cela permet de réduire le vieillissement et de dominer son appétit. Tous ces bienfaits des câlins vous paraissent un peu fou, non ?

Nous allons donc résumer en quelques lignes les bienfaits des câlins :

  • La protection : en tant qu’êtres humains, nous sommes fragiles et nous avons toujours besoin de nous sentir protégés, rien de mieux pour y parvenir qu’un bon câlin.
  • La confiance : lorsque vous êtes en confiance, vous n’avez pas peur des défis qui surviennent dans votre quotidien. Faites un bon câlin pour que rien ne vous retienne !
  • La sécurité : le sentiment de sécurité est essentiel dans votre quotidien. On peut dire que c’est un véritable combustible qui génère de la confiance et qui vous permet de réaliser les choses que vous souhaitez avec plus d’efficacité.
  • La force : si vous avez de la force, vous apporterez beaucoup d’énergie à celui qui vous prendra dans ses bras et à ceux qui vous entourent.

POURQUOI UNE HERNIE DISCALE ? Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime !

La maladie, LE MAL A DIT… La relation entre les émotions et les maladies

Corps à Coeur est un lieu où les messages du corps sont écoutés et pris en compte. Le corps n’est pas juste un « instrument » ou un « véhicule », je le considère comme un temple ( le temple de l’âme) et aussi comme  » le film de votre vie ».

Toutes les émotions que vous refoulez à l’intérieur de vous-même parce que vous ne pouvez pas ou ne voulez pas les verbaliser, peuvent se cristalliser dans différentes parties de votre corps.

Les émotions génèrent des symptômes physiques, par exemple LA PEUR, L’ANGOISSE  donnent des palpitations cardiaques, des vertiges, sueurs, tremblements ou mains moites.

LES HERNIES

En règle générale  : de la détresse implose à l’intérieur et demande à être libérée.

  • Désir de rompre ou de quitter une situation où on se sent coincé, mais où l’on reste par peur de manquer de quelque chose, généralement du matériel.

  • Auto-punition parce qu’on s’en veut, incapacité à réaliser certaines choses qu’on voudrait.

  • Frustration de travailler dur, se sentir poussé à aller trop loin, ou essayer d’atteindre son but d’une manière excessive, qui en demande trop. Une poussée mentale (de stress) essaie de sortir.

Hernie discale : conflit intérieur, trop de responsabilité, sentiment de dévalorisation, ne pas se sentir à la hauteur de ce qu’on attend de nous, projets et idées non reconnus. La colonne vertébrale représente le soutien.
Besoin d’être appuyé, soutenu, mais difficulté ou impossibilité de demander de l’aide.

Essayez de modifier, clarifier ou de lâcher-prise par rapport à la situation qui vous perturbe. « Le mal a dit » = votre douleur essaie de vous dire quelque chose, de vous signaler que quelque chose perturbe l’harmonie en vous, d’attirer votre attention sur quelque chose à changer dans votre vie.

Reconnaissez et acceptez ces émotions, si vous les éprouvez, mettez des mots dessus, acceptez votre ressenti.

Une fois les émotions négatives reconnues, acceptées et évacuées, le corps peut cesser de vous envoyer ce message de « mal a dit. »

 

« À quoi servent les émotions? » par le psychologue Jean Garneau

Pour bien comprendre la nature de l’anxiété et de l’angoisse, il faut savoir qu’il est normal pour un être humain d’avoir des préoccupations et des émotions. Dans la vie, il y a nécessairement des choses qui nous importent et naturellement, cela donne lieu à des préoccupations.

Dans la vie, nous sommes continuellement touchés par des choses qui se passent, cela donne lieu à des émotions

À certains moments mes émotions et mes préoccupations m’indiquent que j’ai des problèmes à régler (la vie est remplie de problèmes à régler). Pour régler ces problèmes d’une manière satisfaisante, il faut d’abord, bien sûr, que je les regarde en face. Cela n’est pas toujours facile. Cela est particulièrement difficile si je manque de confiance dans ma capacité de les résoudre ou si encore, les émotions qu’ils suscitent sont intenses et déplaisantes. Il n’en reste pas moins que cette manière de faire est incontournable.

Quand au lieu de faire de la place à une préoccupation je la fuis, quelque chose en moi est contrarié. En effet, je ne peux pas décider rationnellement qu’une certaine chose n’a pas d’importance et simplement la négliger sans que mon organisme réagisse. L’anxiété est cette réaction.

L’anxiété surviendra et grandira à mesure que le moment fatidique approchera.L’anxiété me signale donc que quelque chose me tracasse

L’angoisse est une expérience émotive de même nature que l’anxiété mais en plus intense. L’intensité plus forte est le signe que l’importance du sujet repoussé est plus grande et donc qu’il est plus urgent encore de l’aborder.