archive | Pablo Neruda RSS pour cette section

Maintenant, maintenant aussi, mon petit, tu m’apportes des chèvrefeuilles, ils parfument jusqu’à tes seins. Quand le vent triste court en tuant des papillons moi je t’aime et ma joie mord ta bouche de prune. Pablo Neruda