Archive | La respiration ventrale RSS for this section

À chaque fois que je respire, je me nourris de l’énergie vitale, cette force qui anime toute vie. J’inspire en contactant mes racines de la terre et j’expire en me reliant à l’énergie céleste.

Prendre conscience de sa respiration

Des études scientifiques ont également démontré qu’une bonne respiration peut avoir d’autres effets bénéfiques sur la santé comme une meilleure circulation sanguine, une baisse de la tension artérielle, ou une augmentation de la DHEA (l’hormone de jouvence).

La partie la plus importante de la respiration reste la phase d’expiration lors de laquelle se produit le relâchement des fibres musculaires.

Lorsque vous prenez des respirations lentes, régulières, votre cerveau reçoit le message que tout va bien et active la réponse parasympathique. Dr Brown

Si vous respirez correctement, votre esprit va se calmer. Docteur Patricia Gerbarg,

 

 

 

Le diaphragme, votre allié bien-être. D’un point de vue énergétique, la respiration et le mouvement du diaphragme réalisés en pleine conscience permettent l’harmonisation, l’équilibration et l’intensification de notre champ d’énergie.

Muscle méconnu, le diaphragme est pourtant l’un des plus importants dans notre équilibre général. Siège des émotions, son état de contraction ou de décontraction influe grandement sur notre bien-être.

Le diaphragme au cœur des échanges dans le corps

Relié aux lombaires, à la paroi abdominale, aux lombaires et aux basses côtes, le diaphragme est traversé par la veine cave inférieure, l’œsophage, les nerfs pneumogastriques, l’aorte et le canal thoracique. Un véritable échangeur d’autoroute ! Il voit donc transiter le bol alimentaire et les messages nerveux, sur lesquels l’activité diaphragmatique a un effet.

Le rôle du diaphragme et la respiration abdominale

Imaginiez-vous que le diaphragme se contracte environ 20 000 fois par jour ? Sa principale fonction est liée à la ventilation pulmonaire. Le diaphragme fonctionne comme une pompe qui permet à l’air d’entrer dans les poumons.  A l’inspiration, sa contraction attire les poumons vers le bas et provoque une entrée d’air. Son relâchement rime avec expiration passive. Ces mouvements sont réflexes, mais peuvent être maîtrisés si l’on se concentre dessus afin de les accentuer, par exemple : on parle alors de respiration abdominale

Lorsqu’on utilise pleinement le diaphragme et la respiration abdominale, on provoque tout un tas d’effets vertueux dans l’organisme. Il masse les viscères thoraciques et abdominaux, brasse les fluides, stimule le drainage lymphatique et sanguin, bref, il fait en sorte que ça se bouge un peu là-dedans, et dans le bon sens s’il vous plaît.

Les exercices de relaxation pour prendre soin de son diaphragme

Activer le diaphragme :

Debout, serrez les bras devant vous, pliez les coudes puis levez et étirez les bras au maximum vers le haut. A l’expiration, descendez rapidement vos bras jusqu’à ce qu’ils heurtent (légèrement) vos côtes. Refaites le même mouvement une dizaine de fois, puis relâchez les bras et les épaules.

Automasser le diaphragme :

Allongez-vous sur le dos, et appliquez quelques gouttes d’huile essentielle de camomille romaine ou de lavande vraie sur le plexus solaire. Effectuez ensuite une dizaine de respirations abdominales : à l’inspiration, massez doucement du bout des doigts pour faire pénétrer l’huile, et à l’expiration, appuyez sous les côtes pour décontracter le diaphragme.

Muscler le diaphragme :

Effectuez des séries de respiration abdominale en plaçant un poids (petite boîte de conserve, livre, etc.) sur votre ventre. Cherchez à soulever le poids à l’inspiration, et contrôlez la descente du ventre à l’expiration.

Quand on inspire par le nez, le diaphragme descend (1 cm = 500 ml d’air). Le ventre se gonfle, les côtes s’écartent et la cage thoracique s’ouvre. Quand on expire par la bouche, le diaphragme remonte dans la cage thoracique, les côtes s’abaissent et le ventre se relâche à condition de ne pas contracter les abdominaux.

 

 

Le massage du ventre, la clé du bien-être : la respiration abdominale

Selon la philosophie chinoise taoïste, les émotions négatives se logent dans les organes de l’abdomen : soucis et crainte dans la rate, le pancréas et l’estomac, tristesse et dépression dans les poumons, peurs et traumatismes dans les reins, jalousie, frustration et colère dans le foie.

Quand on a des soucis, la respiration essentiellement thoracique fait des dégâts sur la tonicité musculaire; la courbure du dos s’accentue, le ventre sort, les abdominaux profonds ne font plus leur travail pour contenir les viscères.

 

Le ventre est le centre de la vie. Pierre Pallardy (Et si ça venait du ventre)

Dans l’antiquité le ventre était considéré comme le siège de l’âme.

Le ventre est bien structurellement et neurochimiquement connecté directement au cerveau de l’encéphale dont il est complémentaire.

Il produit à travers l’intestin entre 70 et 85 % des cellules immunitaires qui innervent les organes et garantissent notre vie et nous protègent contre les maladies graves.

Il produit aussi des cellules dites « intersticielles » qui jouent un rôle important dans le fonctionnement des muscles et des attaches.

Il abrite un réseau complexe insoupconné de neurotransmetteurs (ou neuromessagers), de neuromodulateur, de molécules identiques à celles de l’autre cerveau. Parmi ces microproduits, la sérotonine, la mélatonine, l’acétylcholine, l’épinéphrine et les nétrines, au total une trentaine de découvertes pour l’instant….

La Respiration ventrale est indispensable à  l’harmonisation entre les 2 cerveaux

Respirez donc en profondeur où que vous vous trouviez : au travail , en voiture,  debout, assis, allongé. ..

Sachez que si vous pratiquer ces exercices respiratoires 40 à 50 fois entre le réveil  et le coucher, cela équivaut sur le plan de l’oxygénation et de la circulation sanguine à :

Une dizaine de kilomètres de marche à pied !!!!!

Inspirer lentement par le nez entre 7 à 10 secondes en dirigeant l’air inspiré vers le ventre.

Entre l’inspiration et l’expiration bloquer l’air dans les poumons et dans le ventre pendant 2 secondes.

Expirer, creuser votre ventre au maximum,  le nombril tentant à se rapprocher de la colonne vertébrale.  L’expiration doit durer de sept à 10 secondes.

ET SI CA VENAIT DU VENTRE ? Pierre Pallardy

 

Ce livre m’a été offert juste avant de partir en vacances. J’ai profité de celles-ci pour l’étudier. J’ai ré-appliqué d’une façon plus consciente la respiration abdominale que je connais depuis  plus de 30 ans et que j’appliquais régulièrement il fut un temps.

J’ai eu envie de  partager ce livre en écrivant les articles ci-dessous car je sais que c’est une très bonne méthode pour se réapproprier son corps meurtri par la vie…

Et, pour retrouver une harmonie entre son cerveau et son ventre d’où l’importance d’entretenir son nerf vague.

Victoire Kephale