Archive | Par la respiration RSS for this section

En synchronisant sa respiration sur le rythme de ses pas, on s’oxygène mieux, on repose son cœur, et on stimule sa circulation sanguine. Daniel Zanin, accompagnateur de montagne et spécialiste de marche afghane. Et grâce à ces bénéfices, on marche mieux, sans s’épuiser. Le rythme pour des montées plus raides

Voici donc le rythme pour des montées plus raides : Ce rythme est noté : 2/2Autrement dit j’inspire sur les 2 premiers pas j’expire sur les 2 pas suivants. Je recommence le cycle. Je ne fais aucune pause à poumons pleins et à poumons vides.

Marche aphgane. Respirez pour aller loin : les rythmes pour les montées : 3/3

Ces rythmes respiratoires sont prévus pour les chemins montants où le cœur fatigue. Ces rythmes respiratoires raccourcissent les temps d’inspiration et d’expiration et suppriment les pauses à poumons pleins et à poumons vides. Ce rythme est noté : 3/3. Autrement dit j’inspire sur les 3 premiers pas j’expire sur les 3 pas suivants. Je recommence le cycle. Je ne fais aucune pause à poumons pleins et à poumons vides.

Les bienfaits de la marche afghane

Favorise une meilleure oxygénation de l’organisme. Régularise la fréquence cardiaque. Apporte une détente physique et émotionnelle. Favorise la circulation sanguine. Apporte souplesse et fluidité par une meilleure circulation énergétique. Augmente la capacité de focalisation et de prise de conscience de son être. Stimule le mental par les exercices d’intention. Améliore la posture de son corps…. elle apporte de la joie et une connexion à son être en la nourrissant de belles émotions, de beaux sentiments …

La marche afghane remet la respiration au cœur de la marche.

Les principes de base :

Le premier principe est de respirer par le nez à l’inspiration et à l’expiration

Le deuxième principe est de respirer dans l’aisance, en profondeur et dans un corps détendu

Le troisième principe est que la respiration soit synchronisée avec le rythme des pas

Le quatrième principe est de se tenir droit dans la verticalité et dans l’aisance, le regard tourné vers l’avant

Le cinquième principe est d’être dans la conscience de sa respiration

Les bénéfices

  • Augmentation de la capacité respiratoire
  • Ralentissement du rythme cardiaque
  • Stimulation de la circulation sanguine
  • Nettoyage de l’organisme en lui permettant d’éliminer plus rapidement les toxines
  • Relaxation profonde du corps et de l’esprit
  • La technique est simple, il s’agit de synchroniser la respiration sur le rythme de la marche  :

    Le rythme de base : 3-1-3-1

    1. J’inspire sur 3 pas
    2. Je retiens l’air sur 1 pas
    3. J’expire sur 3 pas
    4. Je retiens l’air sur 1 pas
    5. Et ainsi de suite….

    Une fois le rythme de base bien maîtrisé après quelques semaines de pratique, on peut allonger les temps d’inspiration, d’expiration et de rétention pour augmenter la capacité respiratoire :

    Le rythme suivant : 4-2-4-2

    1. J’inspire sur 4 pas
    2. Je retiens l’air sur 2 pas
    3. J’expire sur 4 pas
    4. Je retiens l’air sur 2 pas

 

 

Écoutez vos narines, elles sont le siège de votre instinct! 3

Lorsque nous respirons par la narine droite, correspondant au nadi Pingala, le cerveau gauche est dominant et le système nerveux sympathique est activé. Le cerveau gauche contrôle la force vitale, le prana.

Inversement, lorsque nous respirons par la narine gauche, correspondant au nadi Ida, le cerveau droit est dominant et le système nerveux parasympathique se met en marche. Le cerveau droit contrôle le mental émotionnel, citta.

Ces observations ont été confirmées par les sciences modernes : la pression sanguine augmente lorsque la narine droite est dominante, et diminue lorsque la narine gauche prend le relais. La respiration par la narine droite est Yang, expansive et dynamique, tandis que la respiration par la narine gauche est Yin, introspective et reposante. Il découle de ces observations que certains moments du cycle nasal sont propices à certains types d’activités…

A travers la relaxation je prend conscience de toutes les parties de mon corps et je les détend. La relaxation m’aide à me focaliser sur des tensions qui vont s’estomper, se libérer… Après une séance vous serez rempli d’énergie, de forces nouvelles… Victoire Kephale

Extrait de mes séances après avoir mobilisé son corps.

Dans la position allongée, bras le long du corps, paumes des mains tournées vers le ciel, jambes fléchies ou non tout dépend de votre creux lombaire.

Je me laisse respirer…

Sentez le poids de votre tête soutenu par la nuque. Laisser votre tête être une pomme qui pend au bout d’une branche.

Vos yeux reposent dans leurs orbites : comme des cailloux qu’on laisserait glisser dans une mare. Attendez la fin des remous…

Sentez vos narines frémir…

Souriez intérieurement, votre visage s’éclaircit, se détend…

Comparez votre colonne à un chemin et suivez ses courbures…

Mes fessiers s’éparpillent sur le sol comme un sac de blé…

Je suis à l’écoute de mon corps et, si je ressens une tension je dirige toutes mes pensées vers elle et elle va s’estomper.

Je suis ici et maintenant, en parfaite harmonie avec moi-même, et à l’unisson avec mon corps…

Victoire Kephale

 

Respirer profondément et en pleine conscience permet d’apaiser les émotions négatives comme la peur, l’anxiété ou la colère. Rester dans la réalité du présent permet de garder une objectivité, une rationalité et un recul par rapport à la situation. T. Janssen

Rester dans la rationalité du présent permet d’éviter de paniquer. Ne pas se laisser submerger par la peur. Ne pas tomber dans le piège de l’anticipation de faits qui ne se produiront peut-être jamais. Car l’anticipation crée un stress inutile et délétère pour le système immunitaire et donc pour la santé.

Aujourd’hui de plus en plus de gens pensent qu’il y a des raisons psychiques à leur maladie. Ils veulent les comprendre. Parfois,ils ont déjà pointé du doigt une cause psychologique, un conflit, un stress, une tension émotionnelle. La réalité paraît plus complexe et plus subtile. En effet ,la plupart des maladies sont le résultat d’un déséquilibre provoqué par un ensemble de causes. La maladie est souvent d’origine multifactorielle.