Archive | L’épigénétique RSS for this section

C.A.R.E L’équilibre entre la circulation, l’assimilation, la relaxation et l’élimination engendre guérison, santé et longévité. Edgar Cayce

C comme circulation

La circulation. Elle s’avère capitale dans les mécanismes de régénération du corps. En conséquence, la stimuler par des exercices physiques, des massages ou des manipulations thérapeutiques, telles que celles pratiquées en chiropractie et en ostéopathie, renforce considérablement les processus naturels de guérison.

A comme Assimilation

L’assimilation. Elle représente la manière dont le corps digère la nourriture et répartit les substances nutritives. D’une part, l’assimilation dépend du régime alimentaire : selon les lectures, ce dernier devrait se composer de vingt pour cent d’aliments « acides » (c’est-à-dire qui acidifient l’organisme), de quatre-vingt pour cent d’aliments « alcalins », ainsi que d’un litre et demi ou deux litres d’eau par jour. D’autre part, elle dépend de la façon de préparer et de combiner les denrées. Par exemple, les lectures invitent à consommer régulièrement céréales et agrumes, toutefois jamais au même repas étant donné leur incompatibilité durant la digestion.

R comme relaxation

La relaxation. Celle-ci inclut assez de sommeil, mais également du temps libre et des loisirs. Cayce affirma dans une lecture :
« Cet état provient de ce que l’on pourrait appeler des déséquilibres d’ordre professionnel : insuffisance de soleil et de dépenses physiques ; trop de travail intellectuel, alors qu’il faudrait maintenir la juste mesure entre l’âme, l’esprit et le corps. La personne qui n’accorde aucune place dans sa vie à la détente et à l’harmonisation de chaque aspect de son être, se leurre et devra tôt ou tard en payer le prix. »
 
E comme élimination
L’élimination. Il est indispensable que le corps se débarrasse de ses toxines et purifie ses organes internes pour fonctionner normalement. Alimentation adéquate, beaucoup d’eau par voie orale, mouvements respiratoires, exercice physique tel que la marche, bains de vapeur et lavements intestinaux assurent de bons mécanismes d’élimination. Cayce insistait sur l’importance d’aller à la selle tous les jours.

 

 

Publicités

La méditation augmente la plasticité cérébrale

La méditation entraîne le cerveau, par exemple, par l’observation de la respiration, on développe notre pouvoir de concentration et notre capacité à ressentir et à percevoir ce qui se passe à l’intérieur de nous, soit les pensées qui vont et viennent ou les émotions qui font surface.

Ensuite, en élargissant nos perceptions à notre vie quotidienne, ceci nous permettra de vivre de plus en plus dans le moment présent. Plus on raffine nos perceptions et notre ressenti, plus on participe à notre vie consciemment – alors, on peut se développer et vivre notre mission de vie.

L’épigénétique discipline qui étudie les effets de notre environnement sur nos gènes. Frédéric Saldmann

Nous disposons au départ de bons et mauvais gènes. Grâce à la façon dont nous entretenons notre corps et notre esprit nous  pouvons activer en permanence les bons gènes et laisser les mauvais en sommeil.

15% GENETIQUE   85% VIE

L’EPIGENETIQUE

L’épigénétique, c’est la modulation de l’expression des gênes, en fonction de notre comportement quotidien :

Ce que nous mangeons, si nous faisons de l’exercice ou pas, si nous savons manager ou non notre stress, si nous avons du plaisir dans ce que nous faisons et si nous avons un réseau social et familial qui marche bien.

Nous sommes en grande partie responsable de notre santé : reprenons en main les rênes…

Comment : en apportant de bons nutriments à notre organisme, en l’oxygénant, en se mettant à l’abri de la pollution et en travaillant sur notre état mental et émotionnel pour chasser le stress.

L’épigénétique, est la grande révolution biologique de ces cinq dernières années. Joël de Rosnay

L’exemple des abeilles : toutes les larves d’abeille, dans la ruche, ont le même patrimoine génétique. Mais si l’une d’elle est intégralement nourrie de gelée royale, elle deviendra une reine : elle sera bien plus grosse que les ouvrières, pondra des oeufs et vivra plus longtemps.

Chez les abeilles, comme chez les humains l’alimentation modifie l’expression des gênes.