Archive | Astuces pour gérer ses émotions RSS for this section

5 astuces redoutables pour gérer ses émotions

Les ennemis jurés du succès, du bonheur et de bonne réussite sont vos émotions négatives de toutes sortes. Ces émotions vous entraînent vers le bas, vous épuisent.

L’un des objectifs les plus importants, pour celui qui désire vraiment vivre heureux et prospère, réussir dans les affaires, est de gérer ses émotions et de se libérer de toute émotion négative.

Les émotions négatives sont souvent définies comme des émotions « perturbatrices ». La colère, l’angoisse, la jalousie, le manque de confiance, la peur… sont des émotions négatives qui, si elles perdurent, peuvent atteindre notre équilibre psychologique ou notre santé physique.

Le travail pour gérer ses émotions est donc une façon de retrouver un équilibre et de préserver votre santé.

Pour s’en sortir, voici donc les points clés pour gérer ses émotions.

Gérer ses émotions en acceptant la situation

Vous êtes timide, gérer ses émotions, c’est avant tout reconnaître que vous êtes timide. Il faut l’admettre et ne pas se voiler la face. C’est sans doute une des plus grandes difficultés que rencontrent les gens : ce manque d’honnêteté en vers soi-même qui devient un frein pour gérer ses émotions.

Gérer ses émotions en modifiant ses habitudes mentales

Le cerveau n’est pas quelque chose d’immuable, on peut le changer. Plus vous allez prendre de mauvaises habitudes, plus celles-ci seront faciles à reproduire.

Vous allez développer une manière de penser dans laquelle, sans vous en rendre compte, vous allez petit à petit vous installer et où il sera de plus en plus difficile de gérer ses émotions.

La personne qui est timide, va s’entretenir dans le fait qu’elle est timide, elle va nourrir cette émotion de timidité. Sans gérer ses émotions, elle va se conforter dans l’idée qu’elle est timide et à chaque échec, elle va nourrir davantage cette timidité. Et cela est valable pour toutes vos émotions négatives.

Gérer ses émotions, c’est cesser de faire exister ces habitudes mentales, c’est changer d’attitude.

Gérer ses émotions en se posant les bonnes questions

Demandez-vous si vos pensées sont constructives. Et ce que le fait de m’apitoyer sur mon sort, de dire « je suis malchanceux, je suis nul, je ne vaux rien, je ne suis pas capable »… Est-ce que cela va améliorer votre situation ? Il n’y a aucune chance que cela marche.

Gérer ses émotions, c’est adopter une attitude plus positive, croire en soi, retrouver l’estime de soi.

Gérer ses émotions : comment j’y suis parvenu

  • l’exercice physique,
  • la relaxation et
  • la méditation pour gérer mes émotions perturbatrices.

Je me suis mis à faire du sport 3 à 4 fois par semaine pour me dépenser physiquement. Gérer ses émotions est alors devenu bien plus facile car on se sent moins stressé.

Puis j’ai découvert la méditation de pleine conscience qui m’a aussi permis de gérer mes émotions avec une grande facilité et vaincre le stress.

Comment pratiquer la méditation de pleine conscience.

Il s’agit de porter son attention sur une partie de son corps et de laisser des pensées qui n’ont rien à voir avec la pratique se manifester et les laisser « être ».

Au cours de la méditation de pleine conscience, il vous suffira juste de recentrer votre attention sur le corps ou le support choisi.

Une bonne pratique de ce type de méditation est nécessaire pour permettre à votre esprit de se discipliner, de se pacifier.

Au départ, cela peut paraître un peu plus difficile surtout si vous avez un esprit très agité mais avec de la patience, de la persévérance et surtout de la constance, il vous deviendra plus aisé de calmer vos pensées.

Que va vous apporter la méditation de pleine conscience ?

La pratique de la méditation de pleine conscience vous apportera :

  • Un rééquilibrage du système nerveux
  • Un rétablissement de l’autorégulation de l’organisme
  • Une réorganisation de la pensée
  • Une récupération physique et mentale plus facile

On sait aujourd’hui que la méditation de pleine conscience est un très bon moyen de lutter contre le stress au travail. Elle apporte aussi un calme, une sérénité, réduit l’anxiété.

Publicités

Comment gérer ses émotions

Qu’est-ce qu’une émotion ?

C’est une énergie qui se crée au sein de notre esprit par la conjonction de différentes causes et conditions. Son intensité, sa force et son importance sont en rapport avec le vécu de chacun. Personne, face à des circonstances similaires, ne vivra les mêmes émotions, n’aura le même ressenti.

Maîtriser ou gérer ses émotions

La plupart des gens tentent vainement de contrôler leurs émotions en les refoulant. Cette attitude est bien sûr perdue d’avance et crée davantage de perturbations qu’elle n’apporte de solutions.

Vouloir contrôler une émotion est parfaitement vain. Pour les maîtriser il faut être surtout capable de se laisser traverser par elle. Cela nécessite une certaine compréhension des mécanismes de l’esprit, mais surtout une totale honnêteté envers soi et un peu de courage. Il convient plutôt de les considérer comme un cheval fougueux qui ne demande qu’à être apprivoisé pour devenir notre ami. L’émotion est une énergie, et comme toute énergie, pour être constructive et utile, a besoin d’être canalisée. C’est pourquoi nous devons bien faire la distinction entre «  gérer ses émotions » et les contrôler.

Que faire lorsque les émotions négatives nous envahissent 

La respiration

Allongez-vous et respirez profondément et calmement tout en vous laissant traverser par l’émotion. N’essayez pas de la chasser ou de la contrôler, si vous n’intervenez pas, elle va s’arrêter d’elle-même. Quoi qui s’élève à la conscience, laissez-le se manifester et disparaître tout seul. Peu importe que cela soit sombre ou pas, il faut juste laisser la vague vous traverser. Il est possible qu’après coup vous vous sentiez très fatigué, c’est normal puisque le système nerveux a été très sollicité.

Allez marcher

Vous ne parvenez pas à évacuer ? Faites de l’exercice et surtout de la marche. Pourquoi une préférence pour la marche ? Parce qu’elle ne vous excitera pas, vous pouvez marcher, même vite, sans vous laisser emporter par le mouvement, en restant présent à vous-même.

Pratiquez l’autosuggestion

Elle doit être utilisée avec intelligence car il ne s’agit surtout pas de masquer les émotions mais d’établir un dialogue avec soi-même. Imaginez un instant une personne dans la même situation que vous : quel genre de paroles aurait-elle besoin pour traverser cette émotion, que lui diriez-vous ? Faites la même chose avec vous-même. Parlez-vous à vous-même comme vous parleriez à un ami.

Anticipez vos émotions

De la même façon que vous vous préparez à une situation à venir, vous pouvez aussi vous préparer à cet « événement mental ». Grâce à la visualisation, vous pouvez voir par avance quelle attitude adopter lorsqu’une émotion se manifestera. C’est bien connu, la meilleure façon de gérer un stress est de l’anticiper ; il en est de même pour une émotion. Alors, au lieu de redouter vos propres émotions affrontez-les !

Utilisez vos expériences passées pour vous libérer

Lorsque vous avez vécu une émotion forte, voire violente, plutôt que d’essayer d’oublier l’événement en question, regardez ce qui s’est réellement passé. Comment êtes-vous entré si facilement dans cette colère, comment la jalousie vous a pris par le bras, comment l’angoisse ou l’anxiété vous ont submergé ? Là aussi, utilisez la visualisation et surtout l’imagerie mentale. Repassez le film de la situation ; si vous avez développé suffisamment votre concentration intérieure, il vous sera plus aisé de regarder cette « scène » avec recul et détachement et de mieux comprendre ce qui vous est arrivé et donc de vous en libérer.

Développer la confiance en soi

La confiance en soi est le pilier sur lequel repose la réussite d’une vie. Quoi que vous vouliez réaliser, vous avez besoin d’une certaine dose de confiance en vous-même. Le manque de confiance en soi est particulièrement pénalisant et il est souvent à l’origine des émotions que nous vivons. En effet, une personne qui en souffre se blessera plus facilement avec une remarque faites à son encontre, elle sera plus volontiers submergée par l’émotion lorsqu’elle sera confrontée à une situation adverse. La confiance en soi est également nécessaire pour garder son sang froid lorsque des émotions violentes nous traversent. Il convient donc d’acquérir confiance en soi et estime de soi.

Se libérer des émotions en allant à la racine

Ce n’est pas l’émotion qui représente un obstacle mais notre incapacité à la maîtriser. Une émotion n’est en soi ni bonne ni mauvaise, c’est ce qu’elle « transporte » avec qu’elle qui crée la souffrance. Elle ne se réveille pas, en effet, par hasard.

Comme nous en avons parlé plus haut, l’émotion trouve sa source dans notre perception plus ou moins consciente de la réalité. Si nous voulons réellement pacifier nos émotions, c’est à la racine de la difficulté que nous devons aller.

Pour cela, nous pouvons au moment même où l’émotion s’élève percevoir le scénario mental auquel elle est rattachée. Mais pour cela, nous avons besoin d’un entraînement préalable qui nous permettra de « rester là » lorsque l’émotion se manifestera à la conscience.

La méditation, la concentration intérieure, la vigilance seront les moyens par lesquels nous nous enracinerons solidement dans l’instant. Cette démarche nous permettra déjà de regarder les circonstances sous d’autres angles en nous apportant une vue détachée de toute projection mentale.

Il importe de garder à l’esprit que la gestion des émotions est une tâche de chaque instant. Le pratiquant averti sait qu’un manque de vigilance peut lui faire perdre les bénéfices de mois d’efforts. Nos tendances, même si nous sommes parvenus à les maîtriser, sont comme les fumeroles d’un vieil incendie prêt à s’embraser à nouveau.

Mais quelle joie et quel bonheur lorsque nous sommes enfin parvenus à « chevaucher » nos émotions car elles peuvent nous transporter vers les plus hauts sommets de notre accomplissement personnel.

ACCEPTER SES EMOTIONS

Vouloir se débarrasser d’une émotion négative est sans conteste une erreur. Nombreuses sont les personnes qui les rejettent par des « même pas peur », « même pas mal » ou « je verrai cela plus tard ».

Si refouler une sensation désagréable provoquée par un évènement insolite et ponctuel peut tout à fait être une solution (il m’a fait une queue de poisson, j’ai eu peur, il m’a mis en danger, je suis en colère, j’appuie à fond sur le klaxon), il n’en est pas de même avec des sentiments dont l’intensité est tellement forte, l’origine tellement profonde, qu’elle réapparaîtra ultérieurement, sous une forme ou sous une autre.

Il en est ainsi pour les personnes qui se mettent fréquemment en colère, qui vivent dans le doute permanent ou qui ressentent une mélancolie lancinante depuis de longues années.

Aussi désagréables soient-elles, les émotions négatives sont là pour vous protéger. Les accepter revient à diminuer leurs impacts, les prendre en considération permet de se mettre en mouvement.

Il existe une multitude de techniques qui permettent de sortir de cet état franchement désagréable et limitant. Nous vous présentons un protocole centré sur la réflexion qui permet de sortir rapidement des effets désagréables de certaines émotions par la recherche et la sélection d’actions concrètes positives et constructives.

OMMENT TIRER PROFIT DES EMOTIONS NEGATIVES : UN PROTOCOLE EN 5 ETAPES  ?

Pour transformer une émotion négative en action positive, il vous suffit de répondre aux 5 questions suivantes. Nous avons pris comme exemple une émotion négative : la culpabilité.

1 – « Quelle est l’émotion négative que je souhaite gérer ? » : la culpabilité

2 – « Sélectionnez une expérience récente où vous avez vécu cette émotion » :

J’ai remis à mon client une proposition avec 3 jours de retard et je me suis senti coupable

3 – « Quels sont les différents ressentis qui composent cette expérience émotionnelle ? »

–        l’angoisse de perdre le client
–        la honte de ne pas avoir respecté mon engagement,
–        la colère intérieure de ne pas avoir tenu les délais
 

4 – « Quels sont les messages positifs de changement pour vous de chacun de ces ressentis ? »

L’angoisse :

Provoquer la rencontre pour s’expliquer plutôt que d’attendre une éventuelle remarque désagréable

La honte :

Accepter qu’il puisse arriver de ne pas pouvoir respecter sa promesse

La colère intérieure :

Assouplir son niveau d’exigence dans certaines circonstances

5 – « Quelles actions pouvez-vous poser pour chacun de ces ressentis à l’avenir ? »

L’angoisse :

A l’avenir, négocier avec mon client un délai de livraison réaliste qui puisse concilier son degré d’urgence et mon agenda au lieu de m’engager sur une échéance que je sais ne pas pouvoir tenir.

Le manquement à sa parole :

Prévenir mon client des risques d’un retard, m’en excuser et lui demander s’il est possible d’obtenir un délai supplémentaire.

La colère intérieure :

Accepter de ne pas toujours pouvoir être parfait et identifier ses axes de progrès, en l’occurrence :

– être moins centré sur les détails, pour réduire le temps de traitement ;
– refuser de suspendre mon travail pour réaliser des travaux qui n’étaient pas prévus.
 DEVENEZ AUTEUR DE VOTRE EPANOUISSEMENT

Adopter ce protocole est source d’apprentissage pour soi et dans sa relation aux autres.

Identifier les intentions positives des émotions négatives, puis poser des actions permet d’acquérir de nouvelles capacités et développer de nouveaux comportements.

Tel le dauphin, apprenez à accepter toutes vos émotions, elles sont normales et légitimes. Vous avez à présent connaissance d’une technique qui vous permettra d’optimiser votre aptitude à aborder les vicissitudes de la vie avec davantage de sérénité et de confiance en vous.

COMPRENDRE CE QUE SONT LES EMOTIONS

On dénombre généralement 4 émotions principales. Une positive, la joie, et 3 négatives : la peur, la tristesse et la colère.

Les émotions négatives ont une fonction très importante qu’il convient d’intégrer : elles ont pour objectif de vous faire réagir ! Contre toute attente, elles sont donc bienveillantes.

Face à une situation contraignante ou menaçante, le processus d’adaptation naturel et instinctif consiste à adopter une de ces 3 positions : le combat, la fuite ou la soumission. Bien évidemment, aucune de ces réactions n’est positive pour soi.

La théorie du « cerveau triunique », développée par le médecin et neurobiologiste Paul Mc Lean en 1970, a permis de comprendre que chaque être humain est doté de 3 cerveaux, en interaction permanente :

– le reptilien, siège de la survie, responsable de l’action ;
– le limbique, siège de l’émotion et de la relation ;
– le néocortex, siège de la réflexion, responsable de l’adaptation.
 D’autres travaux ont également mis en évidence la séquence type de mobilisation de ces 3 sphères :
– en premier, le limbique, ce que nous ressentons
– en second, le néocortex, ce que nous nous disons
Ce qu’il y a de paradoxal avec les émotions négatives, c’est qu’elles sont toutes porteuses d’un message positif :   – La colère a pour but d’obtenir une REPARATION (excuse, rectification…) mais également de REVISITER le principe qui a été malmené (Si tout le monde était honnête tout le temps avec tout le monde, qu’est-ce que cela donnerai ?) – La peur a pour objectif de se RASSURER (obtenir des informations, passer à l’action…) – La tristesse à pour finalité de REBONDIR (passer à autre chose, relativiser…)   

Roue des émotions de Plutchik

Roue des émotions de Plutchik

Robert Plutchik a créé une roue des émotions pour illustrer diverses émotions motivatrices et nuancées. Il a proposé son modèle circomplexe en trois dimensions et son modèle de roue en deux dimensions en 1980 pour décrire les relations entre ces émotions.